Projet éditorial

À l’ère des réseaux sociaux, de nouveaux espaces s’ouvrent aux sciences sociales pour créer d’autres formes d’interactions entre les « chercheurs », les « publics » et les « plateformes de communication ».

En développant ce nouveau canal de transmission, de diffusion, et d’échange des savoirs, l’IGPDE poursuit une de ses principales missions qui est d’éclairer le débat sur les évolutions de l’administration publique et de partager les enseignements qu’on peut tirer des travaux de recherche en gestion publique.

Le public, les chercheurs et les plateformes

Durant la dernière décennie, les réseaux sociaux sont devenus une composante essentielle dans la valorisation des connaissances produites par la recherche universitaire et par les expertises professionnelles en matière de sciences de gestion, sciences administratives, management public, sociologie des organisations et plus généralement toutes les disciplines des sciences humaines et sociales intéressées par l’action publique. Comment ces nouveaux médias peuvent permettre de repenser les transferts et les échanges de connaissances reste toutefois une réflexion en cours de discussion qui s’inscrit dans le débat plus large de la valorisation et du transfert des connaissances dans ces disciplines.

À titre d’exemple, l’idée souvent répandue dans le monde universitaire que les réseaux sociaux pourraient être utilisés comme un outil de transmission permettant aux chercheurs de transmettre leur savoir a largement été remise en question en cela qu’elle sous-entend un « public » passif, attendant d’être éclairé par des chercheurs avisés. Disséminer les savoirs et les recherches en espérant que l’audience ciblée en retire des enseignements pertinents pour ensuite les rendre viraux, c’est manquer l’essentiel.

Sous l’influence des logiques propres aux réseaux sociaux – qui incitent généralement leurs utilisateurs à se mettre en avant -, un autre écueil dans l’usage de ces plateformes en matière de dissémination des savoirs consiste en leur utilisation à des seules fins de promotion d’individus ou d’institutions. L’attention portée aux métriques des réseaux sociaux perçues comme une des principales mesures du succès et de l’« impact » de la dissémination tend en effet à inciter les chercheurs à se conformer aux interactions spécifiques et aux comportements encouragés par les plateformes – souvent à travers des algorithmes peu transparents. Ceci a ainsi pu les amener à éloigner leur attention du fond de leur message pour se concentrer davantage sur sa mise en conformité avec les canons de publication promus par ces plateformes.

Public ! : un projet de « commun » numérique

La création du blog Public ! a été pensée en réponse à un appel d’une partie de la communauté universitaire qui souhaite d’une part modifier la traditionnelle méthode de dissémination des savoirs – largement « descendante » – en une relation réciproque, dans laquelle les chercheurs agissent comme des penseurs en dialogue avec d’autres. D’autre part, la conception de Public ! a également pris acte du fait que les espaces ouverts sur ces plateformes peuvent également être utilisés comme des « biens communs » ou des « outils d’assemblée ».

En ce sens, ce blog interagit avec d’autres plateformes développées par le bureau de la recherche de l’IGPDE telles que le compte twitter @Igpde_Gp dédié à la veille en matière de gestion publique comparée, le site de l’IGPDE avec ses ressources en accès libre, la chaîne YouTube de l’IGPDE avec ses interviews de chercheurs et de praticiens. Tous ces outils ont pour objectif de permettre d’aborder des sujets vastes intéressant une audience éventuellement limitée mais avec des intérêts communs spécifiques.

Une communauté d’intérêts pour passer les savoirs

Si ce blog ne cible donc pas une audience de masse, il s’adresse néanmoins à une communauté large et diverse d’agents publics, d’experts, d’étudiants, de chercheurs et de futurs fonctionnaires.

Dans sa mission de diffusion des savoirs en gestion publique, l’IGPDE se situe à l’intersection de ces mondes et – avec ce blog – se donne pour ambition de créer une communauté d’intérêt pour ces différents « publics » et plus généralement pour celles et ceux qui, de près ou de loin, assument une mission en faveur d’une collectivité publique, de l’international au local.

Ce projet de « commun » numérique a notamment pour but de faciliter la circulation et le partage des savoirs comme des expériences, de rendre compte de l’actualité de l’action publique et de contribuer à alimenter les débats sur les domaines d’intérêts communs. Ce faisant, Public ! souhaite se mettre au service de cette communauté et ouvrir un espace d’échange et de discussion pour les actrices et les acteurs qui la composent. 

Vous souhaitez proposer un article ?

Consultez les « Recommandations aux auteurs » et n’hésitez pas à nous proposer vos idées de manière informelle !

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search