Le travail a-t-il un avenir ?

Depuis un certain nombre d’années, on ne cesse d’annoncer la fin prochaine du travail. Dans la plupart des discours, cette fin prend en général deux formes. D’un côté, on déclare que les technologies de l’information et de la communication vont provoquer un « grand remplacement technologique ». On s’acheminerait vers un futur où le travail deviendrait une denrée rare. De l’autre côté, on ne cesse d’annoncer la fin du salariat, remplacé par une multitude de nouveaux statuts d’emploi. Les réformes du marché du travail et les transformations du capitalisme feraient que le salariat aurait ses jours comptés, et risquerait d’être remplacé, peu à peu, par de nouveaux types d’emplois.


Par Juan Sebastian Carbonell


En quoi consistent ces transformations ?

Parmi les nouvelles technologies, l’intelligence artificielle suscite le plus d’inquiétudes car elle contribuerait à remplacer non seulement des emplois peu qualifiés, répétitifs et monotones, mais également les emplois qualifiés comme ceux des médecins, les avocats, les journalistes, parmi tant d’autres. Le futur serait donc fait de voitures autonomes, d’algorithmes et de robots.

De la même manière, l’apparition dans les rues des grandes métropoles de livreurs à vélo travaillant pour Deliveroo, Foodora ou de chauffeurs conduisant pour Uber ou Lyft semble confirmer cet effritement du salariat. De plus en plus de secteurs se trouvent eux-mêmes « ubérisés ». Que ce soient les métiers en bas de l’échelle, tels que l’aides à domicile, le ménage, la location de voitures, ou les métiers qualifiés, comme le graphisme, l’immobilier, les pharmacies, etc.

Quelles sont les conséquences des nouvelles technologies sur le travail ?

La question que je me suis posé est de savoir si ces scénarios de science fiction risquent d’avenir, ou s’ils s’appuient plutôt sur une incompréhension des transformations du travail et de l’emploi ? Et si tel est le cas, quelles sont les véritables transformations en cours ?

Tout d’abord, contrairement à une idée largement répandue, les nouvelles technologies ne font pas que supprimer du travail dans les entreprises. Et elles ne servent pas non plus forcément à rendre le travail autonome, créatif et enthousiasmant. On peut distinguer au moins trois effets des nouvelles technologies sur le travail et l’emploi :

Elles peuvent bel et bien « remplacer » des tâches au travail. Cependant, si certaines tâches peuvent disparaître, mais d’autres peuvent se développer. Quand ce ne sont pas des nouveaux métiers qui peuvent apparaître.

Elles peuvent aussi avoir tout simplement pour effet de déqualifier les emplois. Une fois simplifiés et codés, des gestes peuvent facilement être transférés à un dispositif automatique sous contrôle du management.

Enfin, les nouvelles technologies peuvent aussi avoir pour effet d’intensifier le travail : obtenir plus de dépense de travail à temps de travail et qualification égale.

Qu’en est-il de l’automatisation et de ses effets sur l’emploi ?

Il est très difficile d’évaluer les effets des nouvelles technologies sur l’emploi. Il faut prendre en compte une trop grande diversité de paramètres, s’accorder sur les outils de mesure comme la destruction, mais aussi le maintien ou la création d’emplois liée à la modification de l’organisation du travail.

Au niveau de l’entreprise – ou, plus précisément, de l’établissement – à production constante, les nouvelles technologies peuvent bel et bien être un instrument de réduction des effectifs (quoique ce n’est pas toujours le cas, comme je l’ai dit plus haut).

Cependant, les choses se compliquent au niveau de la branche ou du secteur d’activité, où la baisse des effectifs peut être imputable aussi aux restructurations, à l’introduction du lean production et aux plans de suppression d’emploi successives.

S’il n’y a pas de « grand remplacement technologique », le salariat ne risque-t-il pas de disparaître ?

Si le travail humain ne risque pas de disparaitre, alors ne se trouverait-il pas transformé ? Et ces transformations ne finiraient-elles pas par en changer la nature ? Une deuxième thèse en vogue est celle de la fin du salariat et la précarisation généralisée de l’emploi.

La précarité de l’emploi devrait se trouver dans le nombre de contrats à durée limitée par rapport aux contrats à durée illimitée. Cependant, les chiffres vont à l’encontre du sens commun sur la généralisation de la précarité. Non seulement le salariat demeure très largement la norme, mais 87 % des salariés (hors apprentis) en France le sont en CDI. On constate les mêmes chiffres dans d’autres pays comme le Royaume-Uni et même les États-Unis.

Malgré ceci, le travail ne cesse de changer sous l’effet de nouvelles forces. Au lieu d’une disparition, il faudrait plutôt parler de la multiplication du travail à l’échelle mondiale dans de nouveaux secteurs d’activité et sous de nouvelles formes.

En quoi consistent ces transformations ?

Ainsi, au lieu de supprimer des emplois, les nouvelles technologies ne cessent de faire venir au monde des nouveaux travailleurs et travailleuses.

La particularité du travail pour des plateformes numériques par exemple est le fait que les ses travailleurs sont soumis à un management algorithmique et à un système de rémunération à la pièce, notamment dans le cas du work-on-demand via app, qui consiste à mettre en lien un client avec un travailleur ou fournisseur de service.

Ce travail pour les plateformes numériques est également fortement invisibilisé, bien qu’il fasse le succès d’un grand nombre d’entreprises du numérique. C’est le cas du crowdwork ou du micro-travail, qui consiste à sous-traiter un travail à une foule de travailleurs anonymes en ligne.

Enfin, ce travail, qui se présente sous les airs d’une nouveauté radicale, est en réalité une forme très ancienne. Un système similaire de travail à la tâche existait au XIXe siècle, le tâcheronnat.

Malgré la révolution industrielle, beaucoup de personnes travaillaient encore à domicile, ou n’étaient pas embauchées directement par un patron. Formellement indépendants, ces travailleurs étaient engagés par un preneur d’ouvrage. Comme au XIXe siècle, un contrat commercial (formel ou informel) est conclu avec un acheteur ayant pour objet un service. Sauf qu’aujourd’hui, le preneur d’ouvrage prend la forme d’une plateforme numérique.

Cette forme de travail ne signe donc pas la fin du salariat, puisqu’il est aujourd’hui encore limité. Il est très difficile d’estimer le nombre de personnes qui travaillent pour des plateformes numériques, mais leur chiffre n’est pas aussi important que ce que l’on croit. Entre 1 et 6 % aux États-Unis et autour de 7 % en France (sur la base de l’auto-emploi). Ceci est dû au fait que l’économie numérique a une forte dimension rhétorique et apologétique. De plus, ce modèle rencontre de nombreux obstacles sociaux et économiques, comme leur viabilité et la profitabilité des business model.

Bref, la fin du travail tant de fois annoncée n’aura pas lieu. Il a encore des beaux jours devant lui. Les recherches en sciences sociales peuvent contribuer à comprendre pourquoi ces discours sont faux et pourquoi ils ont autant de prégnance aujourd’hui. Ils sont liés aux craintes quant à l’avenir des emplois, des conditions de travail, la montée du chômage et l’installation d’un sous-emploi chronique.

Juan Sebastian Carbonell
Post-doctorant à l’Ecole Normale Supérieure Paris-Saclay,

chercheur rattaché à l’IDHES

POUR EN SAVOIR PLUS

Juan Sebastián Carbonell est l’auteur de
Le Futur du travail, Essai (broché), Amsterdam Eds, 2021

Le travail est un inépuisable objet de fantasmes. On annonce sa disparition prochaine sous l’effet d’un « grand remplacement technologique », on prophétise la fin imminente du salariat, on rêve d’une existence définitivement débarrassée de cette servitude.

Fait significatif, les futurologues consacrés et les apologistes du monde tel qu’il va n’ont absolument pas le monopole de ce discours, tout aussi bien tenu par les plus féroces critiques du capitalisme. À chaque révolution technologique ses mirages. Car il y a loin, très loin, de ces anticipations à la réalité. Le travail humain conserve en effet une place centrale dans nos sociétés.

Simplement, ses frontières et le périmètre des populations qu’il concerne se déplacent : ce n’est donc pas à une précarisation généralisée que l’on assiste, mais à l’émergence d’un nouveau prolétariat du numérique et de la logistique, dans des économies bouleversées par l’essor des géants de la Big tech.

Dans cet essai incisif, Juan Sebastián Carbonell montre que le discours sur la « crise du travail » fait obstacle à la compréhension de ses enjeux politiques. Et que sa mise en avant empêche, parfois à dessein, la nécessaire ouverture d’un débat sur les voies de son émancipation.

Expression libre

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent pas l’IGPDE
Les opinions exprimées dans cet article reflètent la vue personnelle de l’auteur et n’engagent aucunement l’IGPDE ou le ministère de l’Économie et des finances.

Pour réagir et commenter cet article, rendez-vous sur notre compte Twitter


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search