Le grand accélérateur du numérique

La pandémie, catalyseur de la révolution technologique des administrations. D’ici quelques années, quand on se retournera pour analyser tout ce qui s’est passé à la suite de la pandémie, il est probable que l’on en tire une conclusion inattendue, d’ampleur historique : la covid-19 aura été le grand accélérateur de la transformation numérique, aussi bien des individus que des sociétés, des économies et des administrations. Le processus de transformation numérique, important hier, est aujourd’hui devenu indispensable.


Par Carlos Santiso


Illustration: Florent Courtaigne

Ce sentiment d’urgence transpire du programme España Digital 2025 récemment élaboré, qui, après des années sans qu’un cap ait été fixé pour préfigurer l’avenir, entend désormais positionner le pays à l’avant-garde de la transformation numérique mondiale grâce à un investissement de 70 milliards d’euros sur les cinq prochaines années, initiative d’autant plus pertinente qu’elle repose sur la conviction que le premier volet à actionner est celui de la transformation numérique de l’administration.

Il faut reconnaître que l’Espagne part avec un relatif avantage. D’après l’indice des Nations Unies, le pays occupe la 17e position dans le monde et la 11e en Europe en matière d’administration numérique, en partie grâce à l’important corps des ingénieurs de l’État chargé de l’infrastructure de connectivité et de la modernisation numérique de l’administration.

Ce que la crise a imposé, c’est l’accélération de l’adoption par les citoyens et les entreprises des canaux numériques pour interagir avec l’administration. Cette tendance suscite un désir accru de réactivité dans les services publics, dont un grand nombre reste fourni dans un mode analogique caractérisé par des interactions obsolètes et de graves problèmes d’accessibilité. Faire passer ces bastions de l’analogique au numérique suppose un double effort : améliorer les compétences numériques de la population et accélérer la transformation numérique de l’administration vers des services simplifiés et personnalisés.

Le deuxième gros enjeu du programme de transformation numérique est de favoriser l’innovation et la création d’entreprises dans le secteur du numérique, deux domaines dans lesquels l’Espagne accuse un certain retard. Selon l’indicateur européen de l’innovation, le pays innove moins que ses voisins portugais ou français. Curieusement, la région la plus innovante de la péninsule ibérique est le nord du Portugal. L’économie espagnole se caractérise par un tissu de petites entreprises peu converties au numérique, qui représentent 99 % de la masse des entreprises et 50 % de l’emploi. Pour autant, le pays affiche un beau dynamisme en matière de création de nouvelles entreprises technologiques, notamment de start-up, et bien que celles-ci en soient encore à leurs balbutiements, on observe un développement naissant de l’écosystème de l’innovation et la présence de capital-risque.

Il est donc urgent qu’une loi sur les start-up soit adoptée pour promouvoir l’entrepreneuriat dans le secteur du numérique, encourager le capital-risque et attirer les talents du numérique. Dans ce contexte, le secteur public peut être un grand catalyseur de l’innovation au travers des marchés publics. La dépense publique dans les technologies d’administration électronique, qui représentent déjà un immense marché, est appelée à s’accroître encore davantage et peut devenir un moteur pour le développement d’entreprises du numérique qui proposent des services technologiques propres à résoudre des problèmes de politique publique.

Dans le sillage du Govtechlab de Madrid lancé au début de l’année 2020, la création de l’incubateur d’innovation Govtechlab à l’échelon national contribuera à favoriser l’usage de nouvelles technologies, comme la chaîne de blocs, au sein des administrations. À l’instar de la France depuis 2013 et du Royaume Uni depuis 2017, ce mécanisme devrait promouvoir l’entrepreneuriat dans le secteur des services publics et les GovTech.

Le troisième gros enjeu du programme de transformation numérique est l’économie des données et l’intelligence artificielle. Ces questions dépassent le débat – nourri et nécessaire – autour de la confidentialité des données personnelles, de l’éthique des algorithmes et des droits numériques qu’ont suscité les applications mobiles de traçage des contacts. Elles représentent également un enjeu économique. L’économie des données, c’est-à-dire les modèles économiques dans lesquels les données constituent l’actif principal et l’essentiel de la matière première, est devenue le segment le plus dynamique des économies modernes.

À l’échelle européenne, Bruxelles considère comme prioritaire la constitution d’un marché unique du numérique et la mise au point d’une stratégie européenne pour les données. Les implications économiques sont considérables : la Commission européenne estime que la valeur de l’économie des données pourrait passer de 300 milliards d’euros en 2016 à 739 milliards en 2020, soit 4 % du PIB de l’UE. Au plan mondial, la réglementation de l’économie des données et l’imposition des entreprises du numérique sont au cœur des tensions entre l’Union européenne et les États-Unis. De fait, les ministres du G20 ont mis l’accent sur la sécurité de l’information et le commerce des données, après l’annulation de l’accord sur l’échange de données entre les États-Unis et l’Union européenne.

Le secteur public peut donner une impulsion à la création d’entreprises dont l’activité repose sur les données produites par les administrations elles-mêmes
. Selon l’agence numérique Red.es, en 2018 l’Espagne comptait 708 entreprises proposant des services à des tiers à partir de données produites par le secteur public, avec à la clé un chiffre d’affaires de près de 2 milliards d’euros et 19 000 créations d’emplois.

En ce sens, la création d’un poste de « haut responsable des données » (ou chief data officer) de l’État constituerait un bel accomplissement pour le programme de transformation numérique. La tâche la plus urgente de la transformation numérique concerne l’économie des données, et plus précisément sa réglementation et sa gouvernance, afin de garantir un usage responsable des données et, dans le même temps, dynamiser la création d’entreprises dans le secteur du numérique. Cette tâche comporte une dimension mondiale et nécessitera des solutions multilatérales, raison pour laquelle nous devrions déjà commencer à envisager la création d’une organisation mondiale des données.

Carlos Santiso
Directeur pour la transformation numérique de l’État à la CAF
Banque de développement de l’Amérique Latine

Cet article a été initialement publié en espagnol sur le site de la CAF – Banque de développement d’Amérique latine. La traduction de l’espagnol vers le français a été réalisée par le centre de traduction des ministères économiques et financiers.

Expression libre

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent pas l’IGPDE
Les opinions exprimées dans cet article reflètent la vue personnelle de l’auteur et n’engagent aucunement l’IGPDE ou le ministère de l’Économie et des finances.

Pour réagir et commenter cet article, rendez-vous sur notre compte Twitter


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search