Le rôle de l’État dans l’ère numérique de l’après Covid-19

La crise du Covid-19 a montré l’importance des infrastructures numériques nationales pour des États dont les administrations sont très largement passées vers un fonctionnement à distance. Carlos Santiso, directeur pour la transformation numérique de l’État à la Banque de développement de l’Amérique latine, fournit ici un aperçu des enjeux en matière de transformation numérique de l’État avec en focus sur la région latino-américaine.


Par Carlos Santiso


Illustration: Florent Courtaigne

La crise du Covid-19 met à l’épreuve la résilience numérique mondiale. Elle a révélé l’importance des infrastructures numériques nationales, qui ne facilitent pas seulement les activités mais constituent véritablement la colonne vertébrale de l’économie. Les États les plus avancés dans ce domaine, tels que l’Estonie, ont pu faire basculer l’ensemble de leurs administrations vers un fonctionnement à distance en quelques jours, sans interruptions majeures. Les premières données recueillies tendraient même à montrer que la productivité a augmenté pendant le confinement.

Avec la crise, les coûts de l’absence de dématérialisation se sont révélés bien supérieurs aux risques. Les pays et les villes accusant un retard en la matière se sont rendu compte de la nécessité de renforcer leur résilience numérique et d’accélérer leur transformation. L’Espagne, par exemple, a décidé d’injecter 70 milliards d’euros dans la transformation numérique au cours des cinq prochaines années dans le cadre du plan España Digital 2025, ambitieux programme constitué de 10 priorités et 48 mesures. Quant au Brésil, il avait entrepris la transformation numérique de son secteur public avant que le Covid-19 ne frappe, et la crise a accéléré ce mouvement.

Bien avant que n’éclate la crise, la révolution numérique déclenchée par l’enjeu des données avait encouragé les États à se moderniser pour être plus flexibles, accessibles et réceptifs. Mais les progrès ont été inégaux, ralentis par divers facteurs allant de la réticence politique aux restrictions budgétaires. La numérisation ne peut se faire sans des réformes nécessitant force politique et vision à long terme pour rompre le cloisonnement habituel des données dans des administrations jalouses de préserver leur pouvoir. Dans les administrations, l’information, c’est le pouvoir. Aujourd’hui, l’information est omniprésente et les données aux mains des administrations constituent un enjeu crucial.

Pour rebondir après la crise, il sera indispensable d’alléger les formalités administratives. Nombreux sont les gouvernements qui accélèrent la simplification de la réglementation et la rationalisation des procédures administratives afin de relancer les secteurs économiques les plus touchés. La dématérialisation rétablit le lien entre l’État et les citoyens. C’est une révolution copernicienne pour nos administrations très réglementées.

En avril 2020, le gouvernement fédéral du Brésil a revu sa stratégie en matière d’administration électronique pour les deux prochaines années. Son objectif déclaré est d’abaisser le coût des formalités administratives, qui nuit à la compétitivité, et de généraliser la dématérialisation des services pour réduire les interactions humaines, qui ont été à l’origine de problèmes de corruption ainsi que de contaminations pendant la crise de Covid-19. Dans son discours sur l’état de l’union prononcé au début de l’année, le président Jair Bolsonaro s’est étendu longuement sur ce programme d’allégement des formalités administratives, mettant en avant les avantages de la numérisation pour la compétitivité. Depuis janvier 2019, le gouvernement fédéral du Brésil a dématérialisé 768 services de l’administration, ce qui représente une économie de 440 millions de dollars des États-Unis. Selon l’indice bisannuel de développement de l’administration électronique (e-Government Development Index ou EGDI) publié en juillet 2020 par l’ONU, le Brésil se situe à la quatrième place des pays de la région (54e dans le monde) et parmi les vingt pays les plus avancés du monde en matière de dématérialisation des services publics.

La crise du Covid-19 a renversé de nombreuses barrières et permis aux réformateurs d’avancer rapidement sur des points essentiels tels que l’identité numérique universelle, les signatures électroniques sécurisées, les paiements électroniques flexibles et les plateformes d’interopérabilité permettant le partage de données entre administrations. La crise a convaincu tout un chacun des besoins en matière de numérisation. « La crise n’a pas remis en question la direction à suivre », a déclaré Luis Felipe Monteiro, secrétaire d’État chargé de l’administration numérique du Brésil. « Elle a donné l’impulsion ».

La crise accroît également la demande de services administratifs dématérialisés de la part de citoyens qui, jusqu’à récemment, se montraient réticents à les utiliser. Seulement 5 % des Latino-Américains utilisaient les services administratifs en ligne avant la crise du Covid-19. Après des mois de confinement, les gens sont plus habitués à accéder aux services publics et aux démarches administratives sur l’internet. Quant aux « natifs du numérique », ils attendent une amélioration des services, sur le plan de la qualité et de la rapidité, et espèrent que les administrations seront en mesure de leur simplifier la vie et d’anticiper leurs besoins. Avant même la crise du Covid-19, le mécontentement social dans toute l’Amérique latine à la fin de l’année 2019 reflétait une perte de confiance en l’État due principalement aux déficiences des services publics et à la corruption généralisée. Aujourd’hui, de nouveaux défis s’ajoutent aux anciens, mais les citoyens restent demandeurs d’une amélioration de l’administration.

On s’attend, par conséquent, à ce que la dépense publique dans les technologies continue d’augmenter ces prochaines années. Cependant, les procédures de passation de marchés publics dans ce domaine restent lourdes, marquées par une aversion au risque et incompatibles avec le rythme de la transformation numérique. Parallèlement, grâce à la dématérialisation, le fonctionnement de l’administration est moins cher et plus rapide, simple et transparent. Au Brésil, où 764 dispositions sont adoptées quotidiennement, le labyrinthe administratif coûte entre 1,45 % et 2,76 % du PIB selon des estimations récentes. D’après le ministère de l’économie, la numérisation devrait faire économiser chaque année à l’État 60 millions de dollars des États-Unis.

« Les gens aimeraient que l’administration soit plus flexible et capable d’expérimenter de nouvelles manières de procéder. Les services administratifs eux-mêmes montrent un attrait croissant pour l’innovation, sous la pression de la société qui réclame une correction des dysfonctionnements », reconnaît Bruna Santos, directrice de l’école nationale d’administration du Brésil. Les budgets affectés à la technologie étant en croissance, les administrations doivent pouvoir tester les solutions numériques avant de les mettre en œuvre à plus grande échelle.

Dans ce contexte, « les GovTech offrent un exemple de la coopération public-privé nécessaire à l’innovation » déclare Leticia Piccolotto, fondatrice de l’accélérateur d’entreprises BrazilLab, spécialisé dans les GovTech. Ce terme désigne les start-up technologiques qui utilisent l’intelligence des données, les technologies numériques et des méthodes innovantes pour fournir des services destinés à résoudre des problèmes publics, tout en augmentant l’efficience et la transparence de la prestation de services publics. . Les administrations peuvent favoriser l’innovation technologique et l’esprit d’entreprise dans le domaine du numérique grâce à leurs capacités d’achat et, dans le même temps, ouvrir de nouvelles pistes de croissance pour les start-up et les entreprises locales.

Les écosystèmes des GovTech sont encore en développement, mais le potentiel de croissance de ces entreprises est considérable dans le monde post-pandémie. La CAF (banque de développement de l’Amérique latine) a mis au point un indice de maturité des écosystèmes des GovTech de la région. Le Brésil, aux côtés du Chili, arrive dans les premières places du classement établi en fonction de cet indice, avec toutefois une marge d’amélioration. Le gouvernement fédéral du Brésil promeut activement cette activité en simplifiant les démarches administratives des nouvelles entreprises et en assouplissant les règles d’achat de telles innovations par les administrations.

La crise du coronavirus a nettement démontré que l’avenir de l’administration passait par la numérisation. La crise oblige les services administratifs « à innover, à rationaliser et à niveler les hiérarchies comme jamais auparavant », déclare Patricia Paskov, de la Banque mondiale, et, ce faisant, non seulement elle améliore la gestion publique d’aujourd’hui, « mais elle accroît également sa résilience future ».

Comme l’a dit Winston Churchill, « il ne faut jamais laisser une bonne crise se perdre ». L’État devra pour cela adopter de nouvelles pratiques d’achats publics, et de nouvelles formes de partenariat public-privé pour encourager l’innovation. Dans cette réforme de l’État, les GovTech deviennent les alliés inattendus des administrations dans leur course à la résilience numérique. Au Brésil et ailleurs, l’administration électronique pourrait bien être la solution à la lutte contre la corruption et à la reconstruction de la confiance entre les citoyens et l’État dans le monde de l’après Covid-19.

Carlos Santiso
Directeur pour la transformation numérique de l’État à la CAF
Banque de développement de l’Amérique Latine

Cet article a été initialement publié en espagnol sur le site de la CAF – Banque de développement d’Amérique latine. La traduction de l’espagnol vers le français a été réalisée par le centre de traduction des ministères économiques et financiers.

Pour réagir et commenter cet article, rendez-vous sur notre compte Twitter


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search