Le succès inattendu du masque

La figure du masque est désormais indissociable de la pandémie de Covid-19. Devenu un objet central de la panoplie des gestes barrières, le masque a redessiné nos comportements et nos interactions au sein des différents espaces publics. Cet article analyse son apparition dans les débats, les polémiques et les controverses dont il a fait l’objet, ainsi que son imposition progressive et son adoption par la population.


Par SOPHIE BALECH et CHRISTOPHE BENAVENT


Illustration : Florent Courtaigne

Le Covid-19 est venu surprendre le monde entier en 2020. Un an et demi plus tard, la pandémie fait toujours rage sous l’effet de ses nombreux variants, une catastrophe mondiale d’une ampleur telle que les économies du monde entier se sont retrouvées forcées à l’arrêt au printemps dernier. Les réactions des gouvernements pour faire face à cette situation inédite ont pris des formes diverses, de nature plutôt coercitives (confinement, distanciation sociale, adoption de « gestes barrières », fermetures administratives, etc.), avant que la prouesse scientifique et les vaccins ne viennent donner un nouveau souffle à la lutte contre le virus.

Le point commun des mesures mises en œuvre est le rôle qu’y jouent les populations. En effet, sans leur assentiment et leur participation, elles ne peuvent démontrer toute leur efficacité. En France, ces règles ont été produites dans une interaction des ministères et du conseil scientifique, mais aussi dans le « feu de l’action », lorsque l’épidémie est venue nous surprendre au mois de mars 2020, que la sidération était collective, saisissant dans la stupeur les dirigeants, les experts et les citoyens.

Si la légitimité de ces règles s’est trouvée indiscutable, leur autorité, elle, est plus limitée, que l’on pense aux mouvements anti-masque ou au plateau que connaît le taux de vaccination. Plus que jamais, l’enjeu de la puissance publique réside dans le dilemme de l’obligation et de la participation.

Qu’il s’agisse d’atténuer les conséquences immédiates de la catastrophe, de préparer les populations aux répliques, de favoriser la résilience ou d’accélérer la reconstruction, la participation des populations est une question primordiale pour les États. C’est aussi le thème central de la discipline du management du désastre (pour une revue, voir Havid́́án Rodríguez, Quarantelli et Dynes, 2007).

Notre analyse porte sur la question de l’adoption des gestes barrières et de la conformité aux recommandations et obligations, et en particulier sur ce qui semble devenir au moins le symbole de la pandémie et de ses conséquences sociales et économiques : le masque.

En effet, le masque a redessiné nos comportements et nos interactions dans la rue, les commerces, les écoles, les transports, au travail, …, bref au sein des différents espaces publics. C’est est un objet qui fait partie de la panoplie des gestes barrières. Sa particularité est que s’il est une des pratiques d’atténuation les moins observées au début du confinement, c’est pourtant celle qui s’est le plus généralisée. Le masque est aussi l’objet de polémiques multiples (au sujet de son absence, de son efficacité, de son prix, de sa disponibilité ou encore de son obligation) le constituant d’emblée comme controverse. C’est également un marché, qu’un rapide calcul nous amène à chiffrer autour de 250 millions d’euros par mois.

Nous avons mené une analyse des discours produits autour de la crise Covid-19 sur Twitter, décortiquant à l’aide d’outils de traitement du langage naturel les textes produits en français sur la période du premier confinement, soit de février à mai 2020. Rapidement, nous avons pu constater le rôle central du masque dans les débats, premier moyen d’atténuation de l’épidémie qui apparaît dans les discours. Cette constatation nous a conduit à nous interroger sur le succès inattendu du masque dans la stratégie de lutte contre l’épidémie, et particulièrement sur les éléments qui ont favorisé l’approbation de la population française à son imposition progressive.

Phénoménologiquement, le masque est un objet matériel ambivalent : fonctionnellement, il est, dans l’usage chirurgical, destiné à protéger les autres plutôt que soi de la morsure de l’infection ; il est aussi – et c’est le mouvement le plus naturel – le moyen pour que chacun puisse se protéger des exhalaisons des autres. Dans son évaluation, les deux conceptions pèsent des poids variables, d’autant plus que l’efficacité réelle est peu connue (au niveau de l’objet) et que son efficacité épidémiologique varie largement en fonction du caractère approprié de son usage (Stutt et al. 2020).

C’est un objet historique. Au tournant de mars 2020, quand le confinement a été imposé à pas accélérés, en dépit des élections municipales, que l’impact de l’épidémie ne s’était pas encore produit, la polémique du masque a brutalement surgi, d’autant plus que la pénurie a frappé les soignants. Il serait erroné de conclure à un état d’impréparation, l’histoire du masque et de son stock se noue dans les premières alertes épidémiques de 2005 et 2009, et se développe dans l’interaction de la production scientifique qui se penche sur son efficacité, de la doctrine des décideurs et des glissements organisationnels et administratifs de la gestion du stock stratégique (Steyer 2020).

Le masque est aussi un objet concret. Il peut être en papier (technologie du jetable) ou en tissu (artisanal ou industriel) et si le jetable l’a emporté dans la pratique médicale dès les années 1960, l’histoire rappelle qu’il a d’abord été en gaze (Matuschek et al. 2020). La matière peut avoir une importance de confort, d’efficacité à filtrer, mais aussi se prêter à la personnalisation. Le concret se traduit aussi par les manières de le porter, il fait l’objet d’une esthétique, et se prête à l’ostentation, c’est un nouvel article de mode, qui hésite entre l’accessoire et le sous-vêtement. De ce point de vue, il est une nouvelle expérience de consommation et un budget certain pour les ménages. L’ambivalence est aussi symbolique. Le masque protège, mais son port est en lui-même un signal, qui marque le degré de participation à l’effort d’atténuation. S’il cache le visage, c’est pour maintenir l’interaction sociale, c’est une nouvelle frontière dont l’ambiguïté est de séparer pour maintenir la circulation et les réunions.

C’est par-dessus tout un objet social, dont une réglementation négociée depuis le début de l’épidémie règle autant ses modes de production par des normes techniques que son usage par des mesures différenciées d’obligation, ce qui lui confère une existence au-delà de son utilité individuelle et collective. Au-delà de la norme, en son sens juridique, le masque se trouve au cœur de toutes les interactions sociales, et de la redéfinition des protocoles d’interactions interpersonnelles au travail, à l’école, dans les transports, les commerces et la sphère des relations privées. Ces différentes dimensions se retrouvent dans les qualificatifs associés au masque dans le discours de la twittosphère.

Au travers de ces perspectives se dégage une grille de lecture de la question du masque comme objet au cœur de la redéfinition, de la reconstruction, de la renégociation des relations sociales. L’ambivalence de cet objet favoriserait une flexibilité interprétationnelle (le masque nous protège autant qu’il protège les autres) qui justifie de le traiter comme un objet frontière, et qui au-delà de sa capacité à articuler des mondes sociaux distincts, transforme les intentions des acteurs.

L’objet-frontière contribue ainsi à l’émergence d’une convention, il devient une chose admise par tous autant pour son intérêt que par un gain de légitimité qui lui donne une force normative, qui s’institutionnaliserait dans sa ritualisation. Quand bien même serait-il peu efficace de manière fondamentale, par son mésusage, ou ses qualités intrinsèques, il est ce par quoi l’ensemble des fractions de la société reconsidère les opérations les plus élémentaires de leurs activités : travailler avec des clients et des collègues, enseigner à des étudiants, recevoir des patients, participer à des réunions publiques, aller au spectacle, boire un verre, …

Cette proposition est naturellement hypothétique, mais donne à la question du masque, et plus généralement à celle du rôle des artefacts dans les stratégies d’atténuation, une perspective renouvelée : au-delà d’une approche psycho-sociologique qui accorde une grande importance aux croyances et aux déterminants individuels dans l’observance ou l’adoption de nouveaux comportements, il s’agit de s’interroger sur la manière dont un objet, a priori banal, peut se nicher dans l’espace social et devenir une figure essentielle dans l’atténuation.

L’analyse a posteriori du phénomène permet d’expliquer ce qui a fait du masque un point focal de la conversation, mais aussi des comportements. Il vaut moins par ses qualités fonctionnelles (continuellement discutées même d’un point de vue scientifique) que par sa capacité à fixer l’attention et à organiser les conditions de vie sous la menace épidémique. L’hypothèse défendue est que son ambivalence phénoménologique nourrit une flexibilité interprétationnelle suffisante pour articuler des mondes sociaux mal accordés (le savant, le politique et le citoyen), et donne un cadre commun où peuvent se renégocier les conventions et les normes. Au-delà de ce rôle de passeur de frontière, il forme paradoxalement le tissu des relations sociales, les nœuds matériels, rituels et symboliques par lesquels l’activité sociale se réorganise.

SOPHIE BALECH
Maître de conférences en sciences de gestion IAE Amiens

CHRISTOPHE BENAVENT
Professeur des universités Université Paris Dauphine – PSL

Pour réagir et commenter cet article, rendez-vous sur notre compte Twitter


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search