Les référents managériaux : un nouveau levier pour l’accompagnement des cadres douaniers, par Géraud Paté

Dans cette interview, Géraud Paté évoque l’importance de l’accompagnement des managers publics au sein de la douane. Il présente le processus de promotion et de formation des cadres douaniers au management, et examine le rôle du réseau de référents managériaux créé par la douane en 2018 pour soutenir les encadrants dans leur développement professionnel, tout en renforçant les compétences managériales au sein de l’action publique douanière.

 

Je suis Géraud Paté, le chef de pôle ressources humaines, le DRH de la direction interrégionale des Douanes de Dijon. Pour mon master droit du plaidoyer et affaires publiques préparé à l’Université Paris Dauphine, j’ai présenté, en 2022, un mémoire portant sur le nécessaire accompagnement des cadres publics et l’initiative de la douane en la matière : la création d’un réseau national de référents managériaux dont je suis membre.

Accompagner les managers publics : une préoccupation majeure ?

Mondialisation, exigence de sécurité, évolution de la fraude, data, la douane doit sans cesse s’adapter tout en assurant la performance de son action. Tous les leviers doivent être actionnés pour mobiliser nos personnels et parmi eux, de bonnes pratiques managériales. L’encadrant, en première ligne avec ses équipes, est de fait la clé de voûte de la réussite de l’action publique. Toutefois, la prise de conscience de l’importance de cette fonction managériale a été relativement tardive. Il a fallu attendre la circulaire du 23 février 1989 sur le renouveau du service public, dite circulaire Rocard, pour voir la question de l’accompagnement des managers publics réellement soulevée. Plus récemment, la circulaire du Premier ministre du 10 juin 2015 formalise ce rôle prépondérant. Elle impose à chaque ministère la définition d’un plan managérial qui doit développer l’accompagnement des cadres et impose un plan de formation dédié à ce public. La douane a ainsi présenté, en 2018, une idée novatrice : un réseau de référents managériaux au plus proche des encadrants.

Des douaniers prêts à devenir managers ?

Soucieux de progresser dans leurs fonctions et dans leur rémunération, de nombreux douaniers deviennent encadrants, pas toujours par vocation managériale, mais pour faire carrière et assurer un déroulé intéressant. Ce paradigme interroge sur le mode d’accès à ces fonctions et la réelle compétence ou appétence de ces candidats. Le dispositif de promotion dans l’encadrement supérieur en douane repose sur deux filières. La première permet de devenir inspecteur principal via une sélection professionnelle. Ces lauréats ont vocation à occuper in fine les postes les plus exposés, directeur régional, par exemple. La seconde offre la possibilité de candidater sur des postes précis, souvent de chef de service. Ce second processus offre une meilleure visibilité car les lauréats connaissent déjà leur première affectation. Chaque inspecteur ou inspectrice des douanes qui s’interroge sur la suite à donner à sa carrière se projette sur l’une ou l’autre de ces filières, dont le point commun est d’offrir un accès à une position managériale. La loi de transformation de la fonction publique de 2019 constitue une révolution pour notre GRH. Chaque administration doit désormais s’appuyer sur des lignes directrices de gestion allégée. Ces textes doivent clarifier les règles en termes de mobilité et de promotions. Jusqu’en 2021 et l’application des lignes directrices de gestion (LDG) douanières, les promotions dans la seconde filière répondaient souvent aux critères du plus ancien dont le grade est le plus élevé. Sans profilage réel ni des candidats, ni des postes, ces emplois, pourtant à enjeux, étaient alors pourvus sur le simple critère administratif. Depuis, le mérite individuel, la capacité exercée dans le grade supérieur et l’adéquation avec le poste visé sont soigneusement évalués et davantage considérés.

Quelle formation des cadres douaniers au management ?

Jusqu’à présent, la formation initiale en douane était principalement conçue dans une logique de recrutement par concours ou de promotion avec d’importants contingents de stagiaires. Cette logique profitait alors principalement aux cadres entrants, ceux qui prennent leur poste avec une scolarité commune assise sur des thématiques métiers très pointues. Or, la douane multiplie aujourd’hui les recrutements externes sans passer par les canaux classiques des concours. Ces recrutements ne suivent pas un calendrier fixe annuel, mais sont réalisés en opportunité. Les dates et lieux de prise de poste couvrent donc toute l’année et tout le territoire. Ces collègues, recrutés par d’autres canaux et leurs besoins liés à la dimension managériale, se retrouvent alors partiellement exclus de l’offre de formation initiale. Si la formation continue en douane représente près de cinq jours par an, les formations managériales y sont peu représentées. Elles nécessitent bien souvent la mobilisation d’acteurs éloignés des services de terrain, voire non douaniers. Cet éloignement complique l’accès à cette offre, car nombreux sont les agents qui ne souhaitent pas ou ne peuvent pas aller dans une région se former du fait de contraintes familiales, par exemple. À l’inverse, il est également complexe d’organiser une session de formation en région et de faire se déplacer ces formateurs. Le développement de parcours hybrides ou distanciés permet de contourner cet obstacle, mais l’acculturation numérique des collègues ne permet pas encore d’envisager de vastes campagnes et la thématique du management justifie que ces formations doivent parfois se faire en présentiel, meilleur vecteur humain. La douane propose également les formations managériales de deux instituts. Le premier, interne, souffre du faible effectif qui peine à se projeter hors des murs de nos écoles. Le second, l’IGPDE au niveau ministériel, souffre de son manque de culture douanière et de son tropisme parisien. Si la douane s’illustre dans sa politique volontariste de formation, notamment continue, la dimension managériale n’en profite pas pleinement. Les encadrants sont formés au moment de leur entrée dans le grade et disparaissent ensuite des diverses sessions, surtout s’agissant des cadres intermédiaires de proximité affectés loin de Paris.

Un réseau de « référents managériaux » ?

En 2018, la Douane a présenté son plan managérial qui comportait la création d’un réseau de référents managériaux. Cette initiative a d’ailleurs été lauréate du Fonds d’innovation en matière de ressources humaines dans la fonction publique. L’objectif était de constituer un réseau d’une vingtaine de membres, des cadres supérieurs répartis sur l’ensemble du territoire qui, en plus de leurs fonctions, auraient une lettre de mission explicite : l’accompagnement des encadrants, surtout en prise de poste. Pour construire sa posture managériale, résoudre un problème ponctuel ou tout simplement échanger avec un pair, un encadrant peut ressentir ce besoin de proximité. Cela se fait en complément du conseil apporté par sa hiérarchie directe et des dispositifs de formation évoqués. Ce nouveau réseau devrait répondre à cette attente avec une approche inédite et des outils adaptés. Depuis 2019, avec mes homologues, nous avons été formés à diverses techniques, écoute, co-développement, diagnostic, et nous accompagnons nos collègues, mais le réseau peine encore à se faire connaître et à organiser son activité. Les facteurs de réussite sont désormais identifiés. La crédibilité avec une formation adaptée suivie par chaque référent dans un réseau à renouveler régulièrement. La visibilité avec une communication et un portage fort à destination du public cible. L’animation active d’un réseau à valoriser pour rendre la fonction attractive et dont l’action doit être pilotée pour être cohérente et efficace. Ce réseau de pairs a été récemment conforté dans le nouveau plan managérial pour permettre ce nécessaire accompagnement, un réseau créé par et pour les encadrants éloignés.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
marieazima (26 septembre 2023). Les référents managériaux : un nouveau levier pour l’accompagnement des cadres douaniers, par Géraud Paté. Public ! Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pwb7


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search