“Design” dans l’Encyclopédie du management public, par Frédérique Pallez et Emmanuel Coblence

L’Encyclopédie du management public, publiée en 2022 par l’Institut de la gestion publique et du développement économique (IGPDE) sous la direction scientifique de Manel Benzerafa-Alilat, Danièle Lamarque et Gérald Orange, propose à travers 220 entrées rédigées par 150 chercheurs et praticiens spécialistes de rendre compte des concepts, théories et écoles de pensée qui caractérisent le management public, en France comme à l’étranger, tout autant que des grandes évolutions qu’ils ont connues. En s’intéressant également à leur contexte d’apparition, à leurs modalités concrètes d’application, à leurs résultats et leurs limites, cet ouvrage permet d’éclairer toutes les phases de l’action publique, depuis sa conception jusqu’à l’évaluation de ses résultats. Avec le souci de diffuser les savoirs en gestion publique, et en écho aux travaux et publications du bureau de la recherche de l’IGPDE, l’équipe de rédaction du blog « Public ! » vous propose de découvrir progressivement une sélection d’entrées de cet ouvrage.


Par Frédérique PALLEZ et Emmanuel COBLENCE


Dans les années 2000, apparaissent en France des pratiques alternatives aux réformes mana­gériales que connaît l’administration (WELLER, PALLEZ, 2017), pratiques qui ont commencé à se développer à l’international, notamment dans les pays du Nord, dès les années 1990 (cf. naissance du Nesta, du Mindlab, etc.).

Ces démarches se présentent explicitement comme des innovations, qui réinterrogent non seulement le contenu des politiques publiques, mais leur mode de fabrication. Elles visent à faire évoluer l’administration en se réclamant des cultures et des méthodes du design, jugé particu­lièrement pertinent en raison de l’importance qu’il accorde à la co-construction avec l’usager.

Elles s’affirment ainsi plus aptes que les démarches traditionnelles à traiter des wicked problems (BUCHANAN, 1992) auxquels sont confrontées les organisations publiques contemporaines, problèmes caractérisés par la complexité et l’incertitude (BASON, 2014).

Les exemples récents d’administrations ou services publics ayant mobilisé le design ne manquent pas : la conception des salles de suite de couches d’une maternité, l’accès aux services publics en zone rurale, les politiques de prévention sanitaire à destination des jeunes d’un conseil départemental, la prospective à 10 ans d’un territoire rural, ou le travail élus-fonctionnaires dans un conseil régional.

Qu’est-ce que le design ?

Pour comprendre ces nouvelles démarches, une première difficulté réside dans le flou qui entoure le mot design : selon les locuteurs, il désigne des techniques d’intervention et de créativité, une discipline, une communauté professionnelle, voire une philosophie d’action sur le monde. En outre, le terme design a des résonances différentes en français, où, historiquement, il est associé à des pratiques artistiques tournées vers les applications industrielles, et dans le monde anglo- saxon, où il fait référence de manière plus globale aux sciences de la conception. À noter également la popularité actuelle d’un type de démarche appelé Design Thinking (BROWN, 2010), fortement inspiré des outils et méthodes du design, né aux États-Unis et diffusé à partir des années 1990 par des cabinets de conseil, mais dont les designers français se démarquent en général. Enfin, on est confronté à une multitude de segmentations du design selon leur point d’application : design industriel, design d’interface, design de service, design numérique, design social… et maintenant, design de politiques publiques. De quoi s’agit-il ?

Face à ces problématiques, le design de politiques publiques se caractérise généralement par : – des équipes pluridisciplinaires impliquant en particulier des spécialistes de sciences sociales ; – un assemblage hybride et contingent de techniques et d’outils, avec une importance accordée aux supports matériels et visuels, objets « intermédiaires » de la démarche collective, qui cherchent à montrer plus qu’à démontrer, à stimuler et outiller une « conversation sociale » (SENNETT, 2014) ;

– un processus qui se veut itératif, avec une insistance sur certaines étapes clés (immersion, test et prototypage);

– un état d’esprit qui préside à l’intervention : subjectivité assumée, bienveillance, partage avec les participants.

Produits/effets des démarches de design

Que produisent ces démarches ? Tiennent-elles les promesses qui leur sont attachées ? Leurs « produits » apparaissent de nature diverse : en première analyse, on trouve des productions maté­rielles, formelles, comprenant parfois des prototypes, supports à des propositions de transforma­tions spatiales ou organisationnelles, ou de services publics renouvelés.

Mais on repère aussi d’autres productions, en apparence collatérales, touchant les entités admi­nistratives concernées : celles-ci acquièrent des connaissances sur leurs fonctionnements et leurs processus ; les compétences des administratifs s’élargissent ; on observe une mobilisation et une mise en réseau des acteurs, à tout niveau hiérarchique, et in fine une transformation des représen­tations de l’action publique.

D’ores et déjà, on perçoit que les productions de ces démarches peuvent rarement se limiter à une ou des innovations, clairement caractérisées. Mais là n’est peut-être pas le but principal de ces démarches. Pour certains, en effet, l’objectif serait avant tout de reformuler les problématiques de l’action publique (JUNGINGER, 2014). C’est en tout cas le caractère diffus, malaisément objec­tivable, éventuellement différé dans le temps, des « produits » des démarches design, qui en rend l’évaluation difficile.

Diffusion et enjeux pour les sciences de gestion

Quelle est au juste l’étendue de ces démarches actuellement ? Le constat est mitigé et le malaise de la communauté palpable. Quels obstacles s’opposent à la diffusion de ces pratiques ? Trois réponses peuvent être esquissées :

  • d’abord, comme toute innovation organisationnelle, les projets qu’elles produisent se heurtent à des règles juridiques, des contraintes financières, des configurations organisationnelles, des identités professionnelles, et plus généralement peuvent venir contrecarrer les logiques d’acteurs en place ;
  • ensuite, et plus fondamentalement, elles percutent de plein fouet un certain nombre de principes présents dans l’administration : la rationalité semble bafouée par les approches très intuitives et émotionnelles des designers, la recherche d’universalité semble antagoniste avec des approches très situées, ancrées dans un territoire et inaptes à être généralisées sans précaution (COBLENCE, Pallez, 2015) ;
  • enfin, si l’on fait l’hypothèse que la diffusion de ces pratiques passe par une institutionnalisation, on peut noter la multiplication des « labs » dans les organisations publiques, mais s’interroger, avec certains chercheurs (LEWIS et al., 2019) sur leur capacité à se saisir de problématiques lourdes dans le domaine des politiques publiques.

Pourtant, le design de politiques publiques recoupe les tendances contemporaines perçues par certains (HUSSENOT et al., 2016) dans les sciences des organisations : une attention aux outils, objets, dispositifs matériels et formels ; un souci de la contextualisation des problèmes ; une recherche pragmatique et itérative de solutions, par essai-erreur ; une insistance sur les processus d’une action collective qui permette une coproduction de l’action publique avec les citoyens. Il converge aussi en cela avec les tenants de la recherche-intervention en sciences de gestion.

Références

BASON Christian (dir.), Design for policy, Farnham, Gower Publishing Limited, Ashgate Publishing Company (Design for Social Responsability), 2014.

BROWN Tim, L’esprit design, Paris, Pearson, 2010.

BUCHANAN Richard, « Wicked Problems in Design Thinking », Design Issues, 1992, vol. 8, n° 2 (Spring), p. 5-21.

COBLENCE Emmanuel, PALLEZ Frédérique, « Nouvelles formes d’innovation publique : l’Admi­nistration saisie par le design », Revue française de gestion, 2015, vol. 251, n°. 6, p. 97-114.

HUSSENOT Anthony, VAUJANY François-Xavier (de), CHANLAT Jean-François, Théories des organisations : nouveaux tournants, Paris, Économica, 2016.

JUNGINGER Sabine, « Towards policymaking as Designing: Policymaking beyond Problem- solving and Decision-making », dans BASON Christian. (dir.), Design for policy, Farnham, Gower, 2014, p. 57-69.

SENNETT Richard, Ensemble pour une éthique de la coopération, Paris, Albin Michel, 2014.

WELLER Jean-Marc, PALLEZ Frédérique, « Les formes d’innovation publique par le design : un essai de cartographie », Sciences du Design, 2017, n° 5, p. 30-49.



Citer ce billet
marieazima (2023, 12 mai). “Design” dans l’Encyclopédie du management public, par Frédérique Pallez et Emmanuel Coblence. Public ! Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pway

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search