Un gouvernement par l’emploi, par Camille Dupuy et François Sarfati

La formation doit-elle être mise au service de l’emploi ? L’accès à l’emploi doit-il être le grand organisateur de notre vie sociale ? Gouverner par l’emploi, c’est considérer que l’emploi est un totem, que c’est l’objet autour duquel et pour lequel la société tout entière doit s’organiser. Gouvernants et gouvernés s’inscrivent alors dans une conception néolibérale du monde où l’État se met au service du marché, et où les individus consentent à revenir sur leurs droits dans l’espoir d’obtenir un emploi et avec lui, une place dans la société.


Par Camille DUPUY et François SARFATI


Je m’appelle Camille Dupuy, je suis maîtresse de conférences en sociologie à l’université Rouen Normandie, chercheuse au DySoLab et affiliée au Centre d’études de l’emploi et du travail. Je suis spécialiste des questions de travail, d’emploi, de relations professionnelles et plus largement de la démocratie au travail. Je suis François Sarfati, professeur des universités à l’Université d’Évry Paris-Saclay, chercheur au Centre Pierre Naville et affilié au Centre d’études de l’emploi du travail. Spécialiste des questions de travail et d’emploi, je m’intéresse plus particulièrement à la jeunesse et aux parcours d’insertion dans l’emploi.

Pour commencer, qu’appelez-vous « gouvernement par l’emploi » ? Qu’est-ce que cela signifie ?

Gouverner par l’emploi, c’est considérer l’emploi comme un totem. C’est faire du volume d’emploi un objet autour duquel et pour lequel la société doit s’organiser. On trouve de nombreux éléments empiriques qui conduisent à parler d’un gouvernement par l’emploi. De nombreuses lois, de nombreux textes qui encadrent notre vie économique, trouvent leur justification dans la capacité de telle ou telle mesure à permettre de créer des emplois, d’en sauvegarder aussi. On en trouve un premier exemple dans les réformes conduites dans l’enseignement supérieur au cours des dernières décennies, qui conduisent à moins transmettre des contenus intellectuels, des énoncés théoriques, qu’à transmettre des compétences utiles aux travailleurs et travailleuses. Deuxième exemple dans les transformations du droit du travail et de la négociation collective, avec des incitations fortes à son développement dans les entreprises qui se traduisent par des situations de chantage à l’emploi. Avec par exemple les accords de performance collective, on demande aux salariés de dégrader leurs conditions de travail sous prétexte de préserver l’emploi ou en tout cas les revenus du capital.

Pourquoi avoir fait le choix de parler de « gouvernement » ? Quelles sont les conséquences de ce choix théorique ?

Le concept de gouvernement est un emprunt à la pensée du philosophe Michel Foucault, selon lequel les sociétés néolibérales seraient moins des sociétés dirigées que des sociétés gouvernées. Les gouvernants cherchent à transformer la rationalité des gouvernés pour obtenir leur consentement, leur engagement et leur adhésion à un projet qu’ils n’ont pas élaboré. Gouverner, au sens de Foucault, c’est conduire les individus en leur laissant le volant, mais en leur indiquant la direction à suivre, la route à prendre et la vitesse à tenir. Concrètement, pour nous, mobiliser ce terme nous oblige, dans les enquêtes, à interroger autant les gouvernants que les gouvernés pour rendre compte de la manière dont des acteurs concrets construisent des politiques qui produisent des dispositifs qui, à leur tour, sont appropriés par d’autres acteurs. En un mot, on peut mettre en évidence un lien entre des idées politiques, des institutions, des organisations concrètes et l’appropriation par les destinataires de ces politiques. C’est finalement tracer un pont entre la science politique préoccupée par la décision publique et la sociologie centrée sur les problèmes rencontrés par les individus.

Y a-t-il quelque chose à craindre de ce gouvernement par l’emploi ?

À trop se focaliser sur l’emploi et son volume au détriment de sa qualité et au détriment du contenu du travail, on finit par laisser de côté des enjeux structurants du monde contemporain. D’abord, les enjeux autour des questions de dérèglement climatique. Différents travaux montrent qu’on ne sera pas en mesure de transformer massivement les pratiques de production et de consommation sans changer les modes de gouvernance de l’économie et du social. Pour ce faire, il faudrait commencer par ne pas tout évaluer à l’aune de l’emploi et du produit intérieur brut. Par ailleurs, on assiste à une montée d’un autoritarisme conservateur et à trop se focaliser sur l’emploi, on enjoint aux individus de se focaliser sur leur parcours professionnel, de s’adapter aux besoins de l’économie, de développer leur employabilité. Ce faisant, on oublie qu’ils sont et qu’ils doivent être des citoyens en participant autant à la démocratie sociale qu’à la démocratie politique.

Selon vous, comment pourrait-on faire pour sortir de ce gouvernement par l’emploi ?

Nos travaux contribuent aux réflexions autour des nouvelles normes communes à définir démocratiquement et collectivement. On ne peut pas laisser les intérêts du capital et des marchés économiques dicter les comportements individuels et collectifs. Ce que nos travaux montrent, c’est qu’il faut retrouver un sens pour un collectif qui dépasse les individus. D’abord en formant la jeunesse et l’ensemble des travailleurs et travailleuses à l’histoire sociale et à l’exercice de leurs droits. Si le salariat peut être considéré comme une situation subordonnée face à un patron, c’est aussi un formidable outil de construction de communauté de travail. De manière générale, c’est l’ensemble de la démocratie au travail qui doit être redéfini pour reconstruire des liens de solidarité. Alors que les représentants des salariés ont connu une forte réduction de leurs moyens avec les dernières réformes du droit du travail, on voit une ouverture avec des évolutions très récentes qui proposent que le dialogue social dans l’entreprise puisse être le lieu de débats sur les conséquences environnementales de la production. En somme, c’est définir ensemble et démocratiquement les nouvelles normes de gouvernement qui permettent un travail durable, émancipateur, décarboné, bref, qui relève les défis de la société contemporaine.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
dmantienne (27 avril 2023). Un gouvernement par l’emploi, par Camille Dupuy et François Sarfati. Public ! Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pwaw


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search