“Leadership” dans l’Encyclopédie du management public, par Fabien Gélédan

L’Encyclopédie du management public, publiée en 2022 par l’Institut de la gestion publique et du développement économique (IGPDE) sous la direction scientifique de Manel Benzerafa-Alilat, Danièle Lamarque et Gérald Orange, propose à travers 220 entrées rédigées par 150 chercheurs et praticiens spécialistes de rendre compte des concepts, théories et écoles de pensée qui caractérisent le management public, en France comme à l’étranger, tout autant que des grandes évolutions qu’ils ont connues. En s’intéressant également à leur contexte d’apparition, à leurs modalités concrètes d’application, à leurs résultats et leurs limites, cet ouvrage permet d’éclairer toutes les phases de l’action publique, depuis sa conception jusqu’à l’évaluation de ses résultats. Avec le souci de diffuser les savoirs en gestion publique, et en écho aux travaux et publications du bureau de la recherche de l’IGPDE, l’équipe de rédaction du blog « Public ! » vous propose de découvrir progressivement une sélection d’entrées de cet ouvrage.


Par Fabien GÉLÉDAN


On entend ordinairement par leadership la capacité d’un sujet (le leader) à augmenter la proba­bilité qu’un ou plusieurs individus (qu’on nomme alors « suiveurs ») se mettent en action en vue d’une fin commune. Cette définition, proche de ce que Max Weber (1971) nommait « domination » (Herrschaft), indique que le leadership est une qualité prêtée à l’individu, mais aussi qu’il est pris dans une inscription sociale.

On distingue classiquement, depuis l’ouvrage de James McGregor Burns (1978), un leadership « transactionnel », où le suiveur accepte de collaborer aux objectifs du leader en échange d’une rétribution, qu’il s’agisse d’un bien réel ou symbolique, d’un salaire ou d’un service rendu, d’un leadership « transformationnel » où le leader fait appel à la moralité ou aux valeurs du suiveur, par exemple à son attachement patriotique ou à une éthique professionnelle. Le leadership se distingue ainsi de l’autorité traditionnelle conférée par l’habitude ou la religion, au sens où il repose sur la nature de la relation établie par le leader avec le suiveur.

Une science du leadership ?

L’idée d’une science du leadership naît entre le XIXe siècle finissant et l’aube du XXe siècle, c’est-à-dire une époque où les castes nées et éduquées pour diriger ont été balayées. C’est le temps où naissent les grandes organisations complexes de la modernité : vastes armées de conscrits, administrations publiques et grandes entreprises industrielles. Désormais, les chefs ne savent plus les noms ni les visages des multitudes anonymes qu’ils commandent.

On voit alors surgir deux champs distincts mais poreux qui prennent pour objet le maniement des hommes. D’une part, celui du management scientifique dont la figure tutélaire est Frederick Winslow Taylor, qui s’intéresse au management d’un système rationalisé davantage qu’au leader et, d’autre part, celui du leadership et du commandement, qui se concentre davantage sur les qualités attachées à la personne du chef.

Dès les années 1920, Mary Parker Follett (1973) propose une synthèse qui semble, encore aujourd’hui, d’une actualité étonnante en remettant l’étude du leadership au cœur des dyna­miques organisationnelles. D’abord, elle oppose au système figé rêvé par Taylor et ses disciples une vision plus diffuse du leadership qui se manifeste, en fonction des situations et des besoins, dans l’ensemble de l’organisation et non au seul sommet. Chacun peut acquérir le leadership lié à son métier et à son expertise. Ensuite, elle pose que le rôle du leader est moins de commander que d’éduquer et, ainsi, d’aider à l’émancipation de ceux sur qui il a l’autorité. Enfin, M. Follett fait une lecture très politique de l’organisation, en mettant en lumière la productivité des conflits et la possibilité de formes démocratiques internes à la communauté de l’entreprise.

Enrôler le corps et l’esprit

En mai 1927, un grand colloque organisé par la Taylor Society et la Personnel Research Federation réunit psychologues et spécialistes des organisations dans une réflexion de deux jours où sont opposées une version ancienne, « féodale » du leadership et une version plus moderne où se joue l’identité des fins entre leader et suiveur (COHEN, 2013). À partir de ce point d’inflexion, le lea­dership devient, dans les années 1930, un problème humain, ancré dans les émotions et les affects. C’est dans cette voie que s’engouffre Elton Mayo, fondateur de l’école des relations humaines et professeur à la Harvard Business School. L’enjeu n’est plus seulement de commander les corps au travail, mais d’enrôler l’esprit dans la lutte pour l’efficience et la productivité. Le leader est donc celui qui sait, en plus de la gestion des affaires courantes, travailler au quotidien les représentations et le système de valeurs, bref, le producteur quotidien de la culture d’entreprise.

Les travaux prescriptifs plus récents vont dans ce sens en valorisant l’intelligence émotionnelle du leader au détriment de la seule capacité analytique. Le bon leader est celui qui sait, en fonction de la situation d’interlocution, jouer sur le registre le plus efficace. Se multiplient ainsi les études sur les types de leadership et les tests, plus ou moins sérieux, prétendant révéler à quel type de leadership chacun peut s’apparenter… Parmi ces multiples typologies, celle de Daniel Goleman (2000) contributeur régulier de la Harvard Business Review fut la plus influente. Il distingue ainsi six styles de leadership, allant du leader autocratique au coach, chacun correspondant à des situa­tions déterminées.

Leadership et organisations publiques : de la méfiance à l’adoption

Le leadership a longtemps été regardé avec méfiance dans les administrations publiques, où seul le politique oint par l’élection avait droit d’y prétendre. Les critiques des vicissitudes de la bureaucratie lui confèrent pourtant un rôle essentiel. Ainsi Philip Selznick (1957) insiste-t-il sur le rôle du leader pour échapper au piège d’une bureaucratie mécaniste qui n’aurait plus d’autre fin qu’elle-même. Le leader a ainsi le rôle de maintenir le sens de l’activité. En d’autres termes, le leader est celui qui construit, anime et maintient l’esprit de l’institution dans les rouages de la bureaucratie. Il peut le faire selon deux postures complémentaires. La première est celle du leader responsable et donc conservateur, qui préserve l’organisation qui lui a été confiée, l’empêchant de dévier de sa tâche. La seconde est créative et permet d’assurer la transformation d’une action publique en phase avec les réformes portées par le politique.

Les discours néo-managériaux ont réactivé cette idée du leader public, lui donnant parfois des airs d’un nouvel esprit entrepreneurial adapté aux administrations (OSBORNE, GAEBLER, 1992) au point qu’on peut observer désormais une prolifération de la rhétorique du leadership dans le secteur public. Cette rhétorique aurait même pris son indépendance au point de produire l’un des discours de réforme les plus influents de ces dernières années (O’REILLY, REED, 2011) : au mécanisme prêté aux approches néo-gestionnaires, on opposerait ainsi une humanisation par un nouveau leadership qui deviendrait le principal objet de la réforme de l’action publique.

Le leadership a-t-il un avenir ?

À bien des égards, le XXe siècle fut « le siècle des chefs » (COHEN, 2013) et l’émergence au XXIe siècle de multiples mouvements revendiquant leur « acéphalie » pourrait en indiquer l’irrémé­diable déclin. Deux pistes d’évolution peuvent, à ce jour, être esquissées. La première est celle du « servant leadership » ou « leadership authentique », déjà largement présents chez M. Follett. Reposant sur la connaissance de soi, l’empathie et l’intelligence situationnelle du leader, elles permettent à chacun de s’interroger sur son style propre de leadership et ses terrains d’application. La deuxième voie est celle d’une meilleure prise en considération de la conflictualité en intégrant dans l’idée de leadership les résistances de plus en plus souvent constatées chez les managers devant les décisions prises indépendamment de l’intérêt de l’organisation ou du bon déroulement de l’activité. Le leader serait alors celui qui sait, non seulement faire passer le sens des transformations, mais aussi résister aux injonctions de sa hiérarchie au nom du sens et de la mission de l’organisation. On nomme alors ces mouvements des « résistances productives » (COURPASSON, DANY, CLEGG, 2011).

Références

BURNS James MacGregor, Leadership, New York, Harper & Row, 1978.

COHEN Yves, Le siècle des chefs : une histoire transnationale du commandement et de l’autorité, 1890-1940, Paris, Éditions Amsterdam, 2013.

COURPASSON David, DANY Françoise, CLEGG Stewart, « Resisters at Work: Generating Productive Resistance in the Workplace », Organization Science, 2011, vol. 23/3, p. 597-906.

FOLLETT Mary Parker, DynamicAdministration: Collected Papers, NewYork, Pitman, 1973 (2e éd. revue).

GOLEMAN Daniel, « Leadership that gets results », Harvard Business Review, 2000, vol. 78/2, p. 78-90.

O’REILLY Dermot, REED Mike, « The Grit in the Oyster: Professionalism, Managerialism and Leaderism as Discourses of UK Public Services Modernization », Organization Studies, 2011, vol. 32/8, p. 1079-1101.

OSBORNE David, GAEBLER Ted, Reinventing Government: How the Entrepreneurial Spirit Is Transforming the Public Sector, New York, Addison Wesley, 1992.

SELZNICK Philip, Leadership in Administration: A SociologicalInterpretation, New York, Harper & Row, 1957.

WEBER Max, Économie et société, t. 1. Les Catégories de la sociologie, Paris, Plon, 1971 (1re éd. 1921).


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
marieazima (13 avril 2023). “Leadership” dans l’Encyclopédie du management public, par Fabien Gélédan. Public ! Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pwau


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search