A quoi nous sert le public ?, par Antoine Vauchez

De quoi le « public » est-il le nom ? Dans cette interview vidéo pour Public !, Antoine Vauchez, directeur de recherche au CNRS en sociologie politique et en droit au Centre européen de sociologie et de science politique (Ehess – Université Paris 1-Sorbonne), présente son ouvrage Public publié aux éditions Anamosa dans la collection « Le mot est faible ».


Par Antoine VAUCHEZ


Je m’intéresse, depuis quelques années déjà, au tournant libéral et européen de l’État, à ses effets sur les relations entre le public et le privé et à ce que cela fait in fine au fonctionnement de nos démocraties. Dans ce sillage, j’ai justement publié, au début de l’année 2022, un petit volume intitulé Public aux éditions Anamosa, dans une collection qui s’arrête sur les mots du débat public : universalisme, mérite, peuple, école, race, etc. Des mots qui sont à la fois des mots-clés de nos démocraties, mais qui sont aussi aujourd’hui un peu écrasés sous le poids des usages, dont il s’agit de clarifier l’histoire et le sens.

Pourquoi s’arrêter sur le mot « public » ?

C’est que les mots du public, je pense à « santé publique », « école publique », « théâtre public », mais aussi à « dette publique » ou « espace public », ces mots forment un lexique essentiel de nos démocraties. On a pu croire, au sommet de la vague libérale, que ces mots étaient comme de vieilles reliques, qu’ils étaient ringards, tout juste bons à rester au fronton des mairies et des préfectures. Il me semble que la crise pandémique nous a soudainement rappelé que les mots du public étaient toujours vivaces, qu’ils étaient générateurs de dévouement professionnel – on l’a bien vu avec les personnels soignants, les éducateurs et les enseignants – mais aussi générateurs d’émotions citoyennes, comme on l’a vu avec les citoyens qui se portaient au balcon ou dans la rue au soutien des services publics. Les mots du public nous sont utiles. C’est en effet avec eux qu’on demande des comptes. C’est avec eux qu’on contrôle collectivement que nos gouvernements agissent bel et bien en pouvoirs publics, c’est-à-dire au nom du public. On peut penser à la manière dont les gouvernements ont pu être critiqués, à nouveau au moment de la pandémie, pour l’état général d’impréparation dans laquelle se sont trouvés nos services publics, notamment le service public de santé qui avait subi des politiques de réduction des coûts ou d’efficacité gestionnaire, au risque justement de priver de masques et de lits d’hôpitaux les services publics. C’est aussi avec ces mots qu’on désigne les activités et les biens. On peut penser à l’éducation, à la recherche, à la santé, au patrimoine, à la diversité biologique, ces biens qui sont d’intérêt commun et qui méritent d’être de ce fait placés, pour partie, en dehors des règles du marché et qui doivent être pour partie pris en charge, ou au moins garantis par l’État. C’est un argument, là aussi, qu’on a vu resurgir dans le contexte de pandémie, avec la revendication de considérer les vaccins comme des biens publics. En somme, le lexique du public exprime une double promesse, qui est aussi une double attente, celle d’un État et d’un gouvernement de toutes et de tous, mais aussi celle d’un État et d’un gouvernement qui seraient au service de toutes et de tous.

Quel brouillage du public et du privé ?

Le problème justement, alors même que nous avons un besoin pressant de ce public et des mots du public, est que nous n’avons plus de notions claires de ce qu’ils recouvrent. On fait même face à un brouillage inédit avec les mots du privé. D’un côté, on a affaire à des États qui rendent un son de moins en moins public. Je pense ici au new public management qui est construit sur l’idée d’une supériorité des modes de gestion des entreprises privées et qui s’est diffusé dans l’État. Je pense aussi à la manière dont l’État est aujourd’hui amené à se comporter en actionnaire ou en investisseur privé presque comme les autres, ce qui a des effets sur la manière dont les entreprises publiques, la dette publique ou le domaine public sont gérés et sont utilisés. D’un autre côté, il faut également relever que les entreprises privées elles-mêmes revendiquent aujourd’hui, de manière croissante, d’agir au nom de l’intérêt général, notamment par des politiques de philanthropie, mais aussi en plaçant leur action sous le signe de la responsabilité sociale des entreprises. D’ailleurs, elles le font avec un certain succès quand elles se voient aujourd’hui confier la gestion de nombreux services publics, puisque l’État fait de plus en plus appel à des cabinets de conseil pour décider et pour orienter l’action publique.

Qu’est-ce qui a changé au fil des trente dernières années ?

Pour expliquer ce brouillage et le caractère flottant de ce lexique du public, le livre propose une petite histoire des transformations du gouvernement au fil des trois dernières décennies, en essayant de montrer comment les liens entre le gouvernement et cette sphère du public se sont distendus. C’est l’histoire d’une mue libérale et européenne des États qui n’est pas advenue en un seul jour, mais qui s’est échelonnée depuis les années 80. Cette mutation s’est faite en conduisant différentes vagues de privatisations, en portant une transformation managériale de l’organisation de l’administration et aussi quand l’État est devenu régulateur de toute une série de marchés, qui sont désormais libéralisés, en matière de transport, d’énergie, de médicaments, de télécommunications. Ainsi, la sphère du gouvernement, à Paris comme à Bruxelles, a noué de nouvelles alliances avec les acteurs et les professionnels des marchés privés. Ce sont d’abord des liens européens puisqu’une partie de l’administration est aujourd’hui enrôlée, occupée par la gestion et l’approfondissement du grand marché concurrentiel européen. Ce sont aussi des liens étroits qui se sont noués avec le monde des grandes entreprises, dont on voit la trace dans de nouveaux circuits de pantouflage qui sont non seulement plus fréquents, mais aussi plus intenses. Enfin, des liens avec le monde du conseil qui a un rôle croissant dans le pilotage de l’action publique. C’est quelque chose qui est apparu clairement dans la gestion du Covid. Au total, le gouvernement, l’action publique se trouvent saisis dans de nouvelles chaînes de dépendance qui se sont consolidées au cours des deux, trois dernières décennies et qui ont contribué à éloigner l’action publique de ses ancrages dans la sphère du public.

Pourquoi faut-il s’en inquiéter ?

Ces déliaisons de la sphère du gouvernement et de celle du public portent en germe une crise de confiance des citoyens à l’égard de l’État, citoyens qui interrogent l’esprit public de cet État. La crise des gilets jaunes l’a bien montré. Elle marquait à la fois les attentes très fortes à l’égard d’un État, des services publics, en termes de qualité, d’égalité d’accès aux soins médicaux ou aux transports publics, crise qui a aussi montré une défiance inédite à l’égard des gouvernements, hauts fonctionnaires, hommes politiques qui sont tenus pour responsables de l’échec de l’État et des gouvernements successifs à tenir leurs promesses publiques. Cette crise de confiance tombe bien mal, au moment où nous avons collectivement besoin d’un État et d’une Union européenne capables de conduire au nom de toutes et de tous, mais aussi pour toutes et tous, la conversion écologique de nos économies, mais aussi de nos sociétés. Ce qui suppose, comme j’essaie de le faire à la fin du livre, de réfléchir aux moyens par lesquels on pourrait ré-arrimer la sphère du gouvernement à celle du public, en donnant à celui-ci des prises sur l’État et sur ses promesses. Je pense notamment aux procès climatiques par lesquels des citoyens demandent ou exigent des gouvernements que leurs engagements publics en faveur de la transition climatique ne soient pas des paroles en l’air, mais qu’ils les engagent juridiquement. Je pense aussi aux formes de participation citoyenne qui doivent accompagner la transition écologique, comme on l’a vu récemment à l’occasion de la Convention climat. Cette participation citoyenne doit permettre que la transition ne soit pas seulement pensée comme une opportunité de marché, mais qu’elle soit l’occasion, pour l’État et les gouvernements successifs, de renouer des liens privilégiés avec le public.

Antoine Vauchez,

Directeur de recherche au CNRS,

membre du Centre européen de sociologie et science politique à l’université Paris 1 -Sorbonne.



Citer ce billet
marieazima (2023, 10 janvier). A quoi nous sert le public ?, par Antoine Vauchez. Public ! Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pwaj

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search