Le numérique, une révolution dans l’histoire du travail

La technique avait progressivement séparé le travailleur de l’intelligence de son travail. La transformation numérique, elle, est ambivalente. En un sens, elle concentre toujours plus de connaissances et de pouvoir d’organisation du travail entre les mains de ces nouveaux maîtres que sont les systèmes d’intelligence artificielle et les plateformes numériques. Pour le blog de l’IGPDE, Public !, Bernard Abate, contrôleur général honoraire, répond à la question suivante : Le numérique peut-il abolir la séparation entre le travailleur et l’intelligence de son travail ?


Par Bernard ABATE


Comment êtes-vous venu à étudier l’histoire du travail ?

Dans les années 1990 et 2000, j’étais chargé de moderniser la gestion des administrations. Vaste programme qui m’a confronté à la bureaucratie. Les défauts de la bureaucratie sont aujourd’hui évidents, mais ce qui m’a le plus intrigué, ce sont ses succès : comment un tel système, qui dirige à distance le travail de dizaines de milliers d’individus sans leur laisser beaucoup d’initiative, parvient-il malgré tout à fonctionner ?

Partant de cette question, je me suis penché sur l’histoire du travail, en élargissant la focale au travail dans l’ensemble de la société. Je me suis posé trois questions et j’ai fait trois découvertes.

Comment le numérique impacte-t-il les strates précédentes de l’histoire du travail ?

Dans l’histoire, il n’y a eu en effet que deux grands modes d’organisation du travail, opposés en tout point :le mode de travail artisanal, dans lequel toutes les composantes du travail sont réunies dans la personne du travailleur : la force de travail qu’il déploie, le métier qui est dans son cerveau et les outils qu’il ne cesse de perfectionner ;

le mode de travail technique, qui est aussi celui de la bureaucratie, et qui sépare au contraire le travailleur des autres composantes de son travail : l’organisation technique remplace le métier du travailleur par des processus et ses outils par des machines.

Le mode de travail technique a procuré d’énormes gains de productivité. Il s’est développé en plusieurs phases qui ont accru la séparation entre le travailleur individuel et l’intelligence de son travail.
Les phases successives d’organisation du travail se sont combinées entre elles, formant encore aujourd’hui des strates bien reconnaissables. Le numérique se combine, lui aussi, avec toutes les strates d’organisation précédentes. Il est capable d’accroître les avantages de chacune d’entre elles, en dépassant leurs limites.

Le mode de travail artisanal présente l’immense avantage de mobiliser pleinement les intelligences individuelles. Il n’a cependant qu’une faible productivité, en raison de son échelle individuelle. C’est cette limite que le numérique permet de dépasser.

L’intelligence artificielle adjoint à chaque individu comme un deuxième cerveau capable d’analyser des masses de données en un temps record et d’optimiser les choix. Les réseaux numériques, quant à eux, permettent de collaborer à grande échelle.

La parcellisation du travail en tâches élémentaires a permis d’accroître l’effet d’expérience, au prix, pour les travailleurs, d’une dépossession de la conception d’ensemble et de l’initiative de leur travail. Aujourd’hui, quand la conception d’une usine est entièrement numérisée, les maquettes numériques et la réalité virtuelle permettent aux opérateurs de mobiliser le savoir nécessaire pour reprendre l’initiative dans la production.

Le machinisme avait permis une automatisation étendue, au prix d’une dévalorisation des hommes devenus les servants des machines. Le modèle du machinisme a été repris dans les bureaux avec des ordinateurs permettant d’automatiser la gestion des informations. Le numérique, en donnant aux machines une capacité d’apprentissage et une flexibilité nouvelle, permet de remettre l’automatisation au service des hommes, avec par exemple des robots multitâches, collaborateurs ou autonomes.

La standardisation taylorienne avait cherché à rendre le travail humain équivalent à celui des machines en alignant les pratiques sur celles jugées les plus efficaces. L’intelligence artificielle permet aujourd’hui de fabriquer, plus rapidement, des standards plus variés, plus évolutifs, et exécutés par des robots plutôt que par des hommes.

Le numérique va-t-il réconcilier les hommes avec l’intelligence de leur travail ?

Le numérique est ambivalent : en se substituant à plus de travail humain, il peut démultiplier ou diminuer la valeur de celui qui subsiste. Prenons deux exemples :Dans les professions intellectuelles, la nouvelle organisation repose sur des couples d’intelligence humaine et artificielle, dans lesquels les professionnels inculquent à l’intelligence artificielle leurs stratégies de connaissance, puis l’intelligence artificielle réalise la partie la plus standardisable du travail d’analyse.

Médecins, juristes, ingénieurs ou administrateurs sont ainsi aidés à améliorer leurs diagnostics et leurs décisions. Mais le risque serait de transformer les professionnels en prescripteurs aveugles de solutions dictées par l’intelligence artificielle.

Dans l’industrie, des opérateurs ayant accès au savoir technique grâce aux jumeaux numériques et aidés de robots intelligents deviennent capables de produire à la demande, en petite série. Mais le risque serait que la robotisation laisse des tâches résiduelles, trop coûteuses à automatiser, à des opérateurs dont les gestes seront dictés par des lunettes de réalité augmentée.

Des deux scénarios ouverts par le numérique, c’est celui démultipliant les capacités du travailleur individuel qui est le plus performant. Parce que les outils numériques sont d’autant plus puissants qu’une multitude d’utilisateurs les adaptent à leurs besoins particuliers et leur apportent de nouveaux développements.

Le numérique permet alors aux travailleurs de retrouver intelligence de leur travail, initiative et autonomie. Reste à comprendre pourquoi cela n’avance pas plus vite ici ou là…

Bernard ABATE,
Contrôleur général honoraire (ministère de l’économie et des finances), essayiste.

POUR EN SAVOIR PLUS

Bernard ABATE est l’auteur de
Notre travail sera-t-il plus intelligent ? Ce qui change avec le numérique, 2020, MANITOBA

Ce livre est une brève histoire du travail. Du néolithique à l’algorithme, Bernard Abate y analyse les révolutions qui ont transformé le quotidien de l’humanité. Il interroge particulièrement l’impact du numérique sur le travail humain. Enseignement contre-intuitif : ces nouvelles technologies ne se substituent pas à l’intelligence humaine. Elles pourraient au contraire remettre l’humain au centre du jeu. La technique avait progressivement séparé le travailleur de l’intelligence de son travail. La révolution numérique, elle, est ambivalente. En un sens, elle concentre toujours plus de connaissances et de pouvoir d’organisation du travail entre les mains de ces nouveaux maîtres que sont les systèmes d’intelligence artificielle et les plates-formes numériques. À l’inverse, en rendant plus accessible à tous le capital technique, elle permet à chacun de se réapproprier l’intelligence de la production et elle facilite la coopération entre individus autonomes et interconnectés. Assiste-t-on à une lutte à l’issue de laquelle le modèle décentralisé et collaboratif l’emportera sur le précédent, centralisé et hiérarchique ? À une coexistence durable ? À une fusion vers quelque chose de différent ? Et, déjà, un nouvel enjeu majeur apparaît : cette nouvelle façon de travailler va-t-elle permettre à l’homme de se réconcilier avec la nature ? En éclairant le présent du numérique par l’histoire du travail et de la technique, ce livre propose des réponses aux questions actuelles.

Expression libre

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent pas l’IGPDE
Les opinions exprimées dans cet article reflètent la vue personnelle de l’auteur et n’engagent aucunement l’IGPDE ou le ministère de l’Économie et des finances.

Pour réagir et commenter cet article, rendez-vous sur notre compte Twitter


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search