La Valeur du service public

Qui veut la peau du service public ? Dans cette interview vidéo pour Public ! Julie Gervais, maîtresse de conférences en science politique à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, nous présente son ouvrage « La Valeur du service public » publié aux éditions de La Découverte, à la toute fin de l’année 2021, et co-écrit avec l’historienne Claire Lemercier et le sociologue Willy Pelletier. L’ouvrage comprend également des textes de 5 auteur-es que sont : Hugo Bertillot, Dominique Memmi, Christian de Montlibert, Grégory Rzepski et Fanny Vincent.


Par Julie GERVAIS


Pourriez-vous résumer en quelques mots l’objet de votre livre, La Valeur du service public ?

Il raconte les services publics, leurs raisons d’être, les batailles qui les ont vus naître. Il raconte aussi leur disparition, au nom de réformes censées les « moderniser ». Il décortique aussi les modes opératoires de ces réformes, leurs étapes, les stratégies.

Et puis on adopte une triple perspective, on s’intéresse, d’abord, aux commanditaires de ces réformes qu’on analyse comme des massacres. On décrit leurs certitudes, leurs valeurs, les mots qu’ils utilisent, et comment ils ont été fabriqués, dans les grandes écoles.
Dans le même temps, on suit de près également les victimes de ces réformes : les agents publics, leurs missions rendues impossibles.

Et enfin, on se penche sur les usagers. On montre à la fois comment les plus riches s’en sortent et ce qu’il advient aussi des laissés pour compte, par ex. ceux de la dématérialisation à tout prix ou encore ceux de la fermeture des services publics, notamment dans les territoires ruraux.

La mise en page du livre est originale. Comment la décrire ?

Dans le livre y a des photos, des vignettes, des citations issues de romans ; on a également travaillé avec un dessinateur à partir de nos textes.
Donc c’est un livre accessible, qui traduit les résultats de recherches qui généralement restent cantonnées au monde académique, et donc les traduit dans un langage simple et qu’on a voulu agréable à lire.

L’idée, derrière, c’est aussi de montrer que les livres et articles universitaires, les sciences sociales, ont des choses à dire, elles peuvent informer la décision publique. On a, à disposition, une quantité d’études qualitatives, approfondies : sur la conception des réformes, sur leurs concepteurs, sur le travail des fonctionnaires au concret, sur la réception des politiques publiques… Si les dirigeants allaient les lire, s’en servaient, ça sortirait des études de benchmark et de la logique comptable des cabinets de conseil.

Donc le principe c’était bien de faire un livre qui ne soit pas strictement universitaire. Il n’y a d’ailleurs aucune obligation à le lire de façon sage et linéaire, du début à la fin. On peut l’ouvrir ici et là, y picorer, sélectionner dans l’index : est-ce qu’on veut en savoir plus sur les douaniers, le sauvetage en mer, les causes du racisme dans la police, les résistances des fonctionnaires des impôts face aux réformes managériales, ou comment agissent les consultant·es qui sont missionné⋅es pour démanteler le service public ?

Et pour l’écrire, on est parti⋅es de commentaires qu’on entend un peu partout, et qui sont souvent assénées sur le mode de l’évidence ; face auxquelles on peut être un peu dépourvu⋅es : les fonctionnaires sont des planqué⋅es, iels ne font que défendre leurs privilèges, d’ailleurs le service public c’est un combat d’arrière-garde, il y a trop de fonctionnaires en France, et puis le privé, tout le monde le sait, c’est bien plus efficace, etc.
Et on démonte une à une ces fausses-évidences…

Les différents chapitres mêlent les résultats de vos propres enquêtes et celles d’un grand nombre de chercheurs. Comment avez-vous procédé pour l’écrire ?

On est parti⋅es de nos propres travaux et de ceux de collègues (des juristes, des économistes, des politistes, des sociologues, des historiens), mais aussi d’enquêtes menées par des journalistes. Et on les a fictionnalisés. C’est-à-dire qu’on a créé des personnages pour expliquer des processus.

Ce qui sous-tend là notre approche c’est l’idée que les mécanismes à l’œuvre dans le démantèlement des services publics, le caractère systémique des processus en jeu, quand on les décrit comme tels, en fait on met à distance la réalité, on met à distance la violence de ce qui se joue. Parler d’inégalités sociales d’accès aux positions de pouvoir, ça veut dire quoi ? Parler de désertification des services publics, parler de non-recours des ayants-droits ou de violence symbolique au guichet, ça veut dire quoi, concrètement ?

Toutes ces réformes, qui relèvent encore pour une large part du nouveau management public (qui n’est plus du tout nouveau d’ailleurs) : comment sont-elles fabriquées, par qui et avec quels effets ?
Pour décrire ça, les mécanismes sous-jacents, on passe par des histoires de vie.

Par exemple, on raconte l’histoire de Jordan, qui adore les maths mais qui ne pourra jamais intégrer une grande école comme Polytechnique, parce qu’y a un tri qui est opéré, en amont des classes prépa, et même entre les classes prépa (il faut savoir que la moitié des admis au concours de Polytechnique viennent de seulement 2 classes prépa − parisiennes !).

On décrit également les conditions d’existence et de travail d’agent⋅es du service public, qu’on a rencontré⋅es. L’histoire de Nadine, une assistante sociale dont le travail est sans cesse monitoré et qui craque de ne plus pouvoir aider les familles comme elle l’aimerait.

Ou encore l’histoire de Luce, factrice en CDD, dont les tournées sont minutées par un logiciel (6 secondes pour faire ouvrir une porte, 1min.30sec. pour un recommandé, 1sec par marche s’il y a des escaliers…).

Mais pour pleinement comprendre (sociologiquement en fait) ce qui se joue, il faut voir cela aussi par le prisme des managers, qui mènent ces réformes : qu’est-ce qui les fait courir, finalement ? Sont-ils coupables ? On suit alors des personnes réelles. Par exemple, telle directrice de l’hôpital de Châteauroux. En 2018, elle a fait fermer la maternité du Blanc en Brenne, dans l’Indre.

Elle l’a fait main dans la main avec la Directrice générale de l’Agence régionale de Santé. On rentre dans son logiciel, dans son quotidien, dans ses impératifs. On montre que c’est son existence professionnelle qui produit de la cécité. Ça veut dire quoi ?

Ça veut dire que, ce qui compte pour une directrice d’hôpital, c’est le bilan financier d’activité, s’il n’est pas « équilibré », elle risque des sanctions, on peut lui faire sauter ses primes. Résultats : elle ne voit pas les patients ou leurs proches, ils ne rentrent pas dans son champ de vision ; elle ne voit pas non plus les soignantes, ou alors elle les voit sous forme de flux. Donc ça crée des angles morts.

Ces managers et manageuses ont en fait intégré comme une évidence qu’il est impératif de rentabiliser : et tout, dans leurs vies, y concourt : leur formation, leur entourage, leur carrière, leur hiérarchie…– et c’est aussi à ça, d’ailleurs, qu’ils doivent leur ascension professionnelle.

Vous développez une notion importante dans le livre : la « noblesse managériale publique-privée ». De quoi s’agit-il ?

On a voulu identifier les véritables responsables ; ne pas se tromper de cible. Traditionnellement, on parlait de Noblesse d’État : le terme de Pierre Bourdieu pour désigner l’élite administrative.

À l’usage, on s’est rendu⋅es compte que cette notion n’était plus opérante. Elle est trop englobante. Elle conduit en fait à prendre l’arbre pour la forêt ; à confondre la forêt de hauts fonctionnaires avec un arbre : l’arbre d’une certaine élite de très hauts fonctionnaires.

On propose donc de parler de Noblesse managériale publique-privée (NMPP) pour désigner le sommet de cette élite, les personnes qui sont aux manettes des réformes qu’on décrit. Parce que, contrairement à beaucoup de hauts fonctionnaires, la NMPP n’est pas la gardienne de l’État, elle n’a pas à cœur l’intérêt général, ou quand elle l’invoque c’est un intérêt général retraduit à la sauce managériale.

C’est une élite qui n’a pas d’attachement particulier aux services publics, une élite qui ne mène pas les mêmes carrières que la plupart des hauts fonctionnaires. Et pourtant, c’est souvent à elle qu’on pense quand on évoque la haute fonction publique, à cette élite où s’entremêlent en réalité très hauts fonctionnaires et hommes d’affaires – puisqu’elle est principalement masculine.

Alors, concrètement, de qui s’agit-il ?
D’abord des membres des grands corps, qui passent par le secteur privé et font des allers-retours public-privé durant leur carrière. Des très hauts fonctionnaires donc, qui sont, par exemple, Conseiller d’État et qui travaillent un temps comme avocat d’affaires dans un cabinet privé.

Ils vont d’ailleurs y monnayer leur connaissance intime de l’État : leurs réseaux, leur carnet d’adresses, mais aussi les procédures ou leur connaissance de telle faille dans la réglementation. Voilà pour le premier groupe.

Font également partie de la NMPP des personnes qui travaillent dans le secteur privé, ne sont pas hauts fonctionnaires mais qui, à un moment de leur carrière, passent par un cabinet ministériel, ou par un ministère. Un banquier au ministère des Finances par ex. C’est un phénomène qui va aller en s’accentuant du fait de l’ouverture croissante à la noblesse d’affaires, de postes qui étaient auparavant réservés aux hauts fonctionnaires.

Troisième groupe que l’on peut identifier : des personnes du privé et qui travaillent sur le secteur public mais depuis le privé. Par exemple, un consultant de chez McKinsey en charge des réformes de l’État, ou des réformes dans les collectivités territoriales.

Voilà donc pour les composantes de cette NMPP. En fait, l’intérêt de cette notion c’est tout à la fois de ne pas mettre tou∙-tes les hauts fonctionnaires dans un même panier (ça permet de montrer par ex. que ce n’est pas en supprimant l’ENA que l’on va résoudre le problème du séparatisme des élites). Mais ça permet aussi de montrer plus finement comment privé et public fonctionnent ensemble, comment ils abîment ensemble nos services publics.

Ça permet aussi de montrer que le pantouflage, le rétro-pantouflage et les circulations privé/public, certes ne sont pas des phénomènes nouveaux, mais ils ont évolué dans leurs formes ces 30 dernières années, et ils ont également évolué dans leurs effets sur les services publics.

Conclusion

Pour terminer sur une lueur d’espoir, notre livre montre que les agents du service public, comme ses usagères et usagers, ne sont pas des victimes. On montre dans quelles conditions la résistance devient possible, comment et avec qui se nouent les alliances pour contrer la casse.
Donc il y a des espaces d’autonomie, il faut s’en saisir !

Julie GERVAIS,
Maîtresse de conférences en science politique à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne


Les illustrations sont tirées de : Julie Gervais, Claire Lemercier, Willy Pelletier, La Valeur du service public, La Découverte, 2021, p. 23-33-40-71-99-127-224-245-297-405-428.

p.23 : © J. Paquier « Un cantonnier, Belleville, juin 2020 », photographie de Jacques Paquier, recadrée, CC- BY-2.0, via Wikimedia Commons.

p.33 : © D. Desaleux

p.40 : Photo H. Darnicelli « Qui pour aider ? », 2018, photographie d’H. Darnicelli, avec son aimable autorisation.

p. 71 : dessin de Gilles Rapaport

p.99 : « Non à la course au profit en médecine », affiche de mai 1968, reproduite avec l’autorisation de Gallica.

p. 119 : © A. Giuliani Margherita Lambertini, chirurgienne secouriste à l’hôpital de Pesaro, Italie, mars 2020, photographie d’Alberto Giuliani, CC-BY-SA-4.0, via Wikimedia Commons.

p. 127: Photo P. Bodilis. « Soignant, 16 janvier 2020 », photographie de Paule Bodilis, CC-BY-2.0, via Wikimedia Commons.

p. 224 : Dessin d’Alx

p. 245 : « Pyramid of Five Men », Juste de Juste, vers 1543, DN 876/448 (PK), Musée Boijmans Van Beuningen, Rotterdam. Schenking : Dr. A.J. Domela Nieuwenhuis 1923 / photographie du Studio Buitenhof.

p.297 : dessin de Gilles Rapaport

p. 405 : « Pour un enseignement au service du peuple, non à l’Université de classe », Atelier populaire ex Beaux-arts, 1968, affiche reproduite avec l’autorisation de Gallica.

p. 428 : « L’État c’est chacun de nous », affiche non identifiée de 1968, reproduite avec l’autorisation de Gallica.


POUR EN SAVOIR PLUS
Julie Gervais
est l’auteur de
La valeur du service public, La Découverte, 2021

Des décennies de casse sans relâche : les dernières crises sanitaire et économique en montrent l’ampleur et les dangers. Mais qui veut la peau du service public ? Pourquoi, et au détriment de qui ?
Qui sont les commanditaires et les exécuteurs du massacre en cours au nom de la modernisation ? Quels sont leurs certitudes, leur langage, leurs bonheurs et leurs tourments ? Comment s’en tirent les agents du service public quand leurs métiers deviennent missions impossibles ? Comment s’en sortent les usagers quand l’hôpital est managérialisé, quand les transports publics sont dégradés ?
Ce livre raconte les services publics : ceux qui ont fait vivre des villages et ceux qui ont enrichi des entreprises, les guichets où on dit « non » et ceux qui donnent accès à des droits. Il combat les fausses évidences qui dévalorisent pour mieux détruire – les fonctionnaires trop nombreux, privilégiés, paresseux. Il mène l’enquête pour dévoiler les motifs des crimes et leurs modes opératoires, des projets de réforme à leurs applications.
On entre dans les Ehpad, aux côtés des résidents et du personnel soignant, on pousse la porte des urgences, on se glisse dans les files d’attente de la CAF ; on s’aventure dans les grandes écoles, on s’infiltre dans les clubs des élites, au gré de récits et d’images qui présentent les recherches universitaires les plus récentes.

Expression libre

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent pas l’IGPDE
Les opinions exprimées dans cet article reflètent la vue personnelle de l’auteur et n’engagent aucunement l’IGPDE ou le ministère de l’Économie et des finances.

Pour réagir et commenter cet article, rendez-vous sur notre compte Twitter


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search