Gouvernance, numérique et enseignement supérieur

Bertrand Mocquet, expert numérique à l’Agence de Mutualisation des Universités et des Établissements, et chercheur qualifié en sciences de l’information et de la communication, pose un regard sur l’impact de la transformation numérique dans l’enseignement supérieur. Il a publié en 2020 auprès de Presse des mines, son ouvrage « Gouvernance, numérique et enseignement supérieur ».


Par Bertrand MOCQUET


Qui est Bertrand Mocquet ?

Je suis de formation ingénieur en Génie Electrique, créateur d’un cybercafé en 1996, enseignant en technologie puis sur les certificats internet informatique. Vice-Président pendant 4 ans, j’ai rejoint récemment après ma thèse l’agence de mutualisation des universités et des établissements où je propose mon expertise à l’ensemble des 180 membres (universités, Instituts ou écoles) de ce groupement d’intérêt public.

Mes travaux de recherche portent sur les dynamiques de mutation numérique dans les organisations publiques, je suis aussi membre du CS d’Hypothèses.org, hébergeur de ce blog Public!

Je vais vous parler aujourd’hui de gouvernance, numérique et enseignement supérieur, les travaux de recherche que j’ai menée tout d’abord par une thèse en 2017 à l’université Bordeaux Montaigne et de sa version publiée auprès Presses des mines, cet ouvrage « Gouvernance numérique et enseignement Supérieur ».

Pourquoi s’intéresser aux technologies numériques ?

La première question que je voulais aborder avec vous c’est pourquoi s’intéresser aux technologies numériques quand on est chercheur en sciences humaines et sociales.

Un seul geste pour comprendre : votre main ce matin sur votre smartphone. Comment une technologie a-t-elle autant changer nos habitudes en si peu de temps ? Je parle ici d’une Extraordinaire accélération depuis une cinquantaine d’années de la société, d’une technologie qui a créé son propre monde, et les années metaverse qui arrivent vont aller encore plus dans ce sens, ses propres codes, sa propre culture, développant parfois une emprise aux médias et aux technologies pour reprendre Jean-Paul Lafrance, là où il faudrait une technologie utilisée sans rejet ni fascination.

Cette situation est incomparable aux autres technologies, si bien que l’on emploie couramment des expressions comme transition numérique transformation numérique comme si la stabilité n’était pas encore atteinte avec ces technologies.

A ce titre, il n’est pas acceptable qu’une partie de la population soit en dehors de l’usage (je parle ici de fracture numérique) comme il n’est pas acceptable que la moitié de la population ne participe pas à la conception de solutions utilisées dans les technologies numériques, je parle ici bien entendu de la place des femmes dans la filière numérique.

On n’est pas obligé non plus de subir des numériques venant d’autres pays ou d’autres systèmes politiques, je parle ici de souveraineté, seul sujet d’entente de tous les candidats à la Présidentielle 2022. Et cette surenchère technologique interroge aussi d’un point de vue développement durable, plus d’usages provoquent métriquement plus de consommation électrique. Devenons acceptez cela sans rien faire ?

Le temps, vous l’aurez compris, n’est plus au déterminisme technologique qui s’impose aux organisations, aux individus. Pour cela le meilleur moyen de se saisir de ce sujet est de le COMPRENDRE, de le considérer comme un vrai sujet systémique et complexe au sens de Morin. Ainsi il mêle à la fois les sciences, la technologie, la politique, la sociologie, la psychologie … Je m’en remets alors à Bernard Stiegler et j’invite à penser au pharmakon concernant les technologies numériques, le remède et le poison. La stratégie, les nouvelles gouvernances doivent se saisir du numérique en pensant remède et poison.

Nous avons tous et toutes besoin de plus clarté, il me semble, et c’est un des rôles de la recherche en sciences humaines et sociales que de proposer cela.

Qu’est-ce qui qualifie le numérique universitaire ?

La deuxième question que je voulais aborder avec vous est qu’est-ce qui qualifie le numérique universitaire ? Alors je vais oser parler du numérique universitaire ce qui veut dire que j’ai déjà détecté dans mes travaux qu’il y avait une distinction par rapport à d’autres numériques agissant dans d’autres contextes publics.

Pour cela, il faut remonter il y a une trentaine d’années s’imaginer au moment de l’informatisation des services publics et constater que les ministères s’organisent avec des directions informatiques nationales. Il se trouve que l’enseignement supérieur à la recherche ne va pas créer une direction nationale très jacobienne et mais va mettre en place avec ses opérateurs, des universités, une opérationnalisation en créant des groupements d’intérêt public (Renater, Amue où je travaille dorénavant).

Cette organisation est vraiment singulière et surprend certains d’entre nous encore aujourd’hui lors de dialogue interministériel avec la DINUM notamment pour le plan de relance.

C’est dans la loi de 2013 que l’on verra apparaître l’appellation de « numérique et universités » avec l’idée de recouvrir « des services et des ressources » « l’usage des services et de ses ressources » « l’accès aux services et aux ressources » et enfin la « gouvernance numérique des universités » avec la création d’une vice-présidence en charge de ces questions.

Comment observer la transformation numérique de l’enseignement supérieur ?

Pour porter un regard sur le numérique universitaire, j’ai l’habitude d’utiliser plusieurs approches, et j’ai la chance de pouvoir m’immiscer dans plusieurs endroits en France, tel un ethnographe du numérique universitaire.

1/ la première est une approche fonctionnelle de politique publique : considérer que les universités et les établissements résolvent un problème de gouvernance numérique d’État par la montée en compétence numérique de la population diplômée (C2i, PIX), de la filière numérique par ses masters. Elles agissent ainsi en tant qu’opérateur de formation. Mais aussi par l’innovation apportée par des laboratoires, elles agissent ainsi davantage sur la filière numérique.

2/ la systémique permet de clarifier la compréhension du numérique universitaire. Il faut imaginer que nous sommes dans un macro système (le fameux système universitaire) qui contient avec tous les systèmes, l’histoire, les valeurs, etc… A l’intérieur, un niveau ésosystème (la société les lois la politique d’État qui va changer en fonction des différents ministères de tutelle). Encore à l’intérieur un mesosystème où l’on retrouve l’opérationnalisation du service public par les universités et les établissements, lui-même en relation avec le microsystème, la relation directe des technologies numériques et de leurs usages avec les bénéficiaires du service public.

3/ l’approche informationnelle est aussi regardée. Elle permet de comprendre comment fonctionne les organisations universitaires, mais aussi comment elles évoluent. On constate des inversions de sens de l’information, portée par le numérique, des mouvements de décision ou d’idées portés par les étudiants ou par les personnels vers la Présidence, plutôt que des injonctions à évoluer portés de manière descendante.

4/ Et enfin je mobilise une approche stratégique du changement induit par l’arrivée du numérique, à l’échelle de l’établissement. Comment les acteurs négocient, interviennent dans la conception des nouvelles solutions technologiques, comment les réseaux d’acteurs agissent entre universités et établissements. C’est bien évidemment une zone d’incertitude, ce changement, sur laquelle une bonne gouvernance agira en anticipant l’impact des technologies, adoucissant ainsi son effet.

On peut citer pour exemple la crise sanitaire et comment la continuité pédagogique a été maintenue en laissant entrer de nouvelles solutions technologiques apportées par des usages de la rue, je pense à Discord Zoom, pour résoudre la saturation des outils de réunion de Visio qui ont été détournés de leur usage initial vers la pédagogie, usage pour lesquels ils n’étaient pas dimensionnés d’ailleurs.

Cette phase de transition verra au moins trois transformations : la généralisation d’un modèle hybride de formation, le mode de communication de la tutelle au moyen d’un réseau social français whaller, et la création des textes réglementaires, notamment l’autorisation de soutenir sa thèse ou habilitation à diriger des recherches par visioconférence.

Vers une nouvelle gouvernance du numérique universitaire davantage partagée ?

Comment construire une gouvernance du numérique partagé autrement dit de d’essayer de construire ensemble et pas que d’un point de vue informatique, ce numérique utilisé par tous les acteurs de l’université ? L’approche par les usages est sûrement le premier point fort, auquel il faut associer l’accessibilité à toutes et tous et la soutenabilité technologique, certains projets étant maintenus par des collègues au sein des DSI d’université.

La gouvernance, et il me faut me comprendre comme les acteurs et les dispositifs permettant au numérique universitaire de rendre service à ses usagers, devra être clarifiée autour d’un schéma directeur du numérique, lui-même appuyé sur un schéma directeur stratégique. Cette gouvernance est singulière à chaque établissement car elle dépend de sa capacité à faire naitre l’usage numérique de sa propre histoire.

Ce schéma stratégique, il s’agit de quelques phrases compréhensibles par tous et toutes qu’un président ou présidente est capable de prononcer. Je pourrais citer augmentation de la dématérialisation, l’ouverture de la recherche ou bien l’accompagnement des usages pour l’ensemble des personnels etc…

Il vient ensuite l’opérationnalisation au travers d’un schéma directeur du numérique qui prend la forme aujourd’hui plus de comitologie de décision et de suivi(une commission paritaire) d’un catalogue de projets (une constellation de projets par endroit) des observatoires des usages et une participation des métiers évidente, la DSI n’étant plus la seule porteuse du changement relayée par les technologies numériques.

Ce schéma directeur du numérique est à la fois le chemin de la transformation, sous la forme d’une feuille de route suivie pour accompagner les membres de l’université à une stratégie afin qu’ils adoptent, mais aussi une cible permettant à imaginer un numérique souhaité ou souhaitable, pouvant réorganiser l’établissement.

Conclusion

En guise de conclusion, je voudrai vous partager qu’il est temps de mieux comprendre les interactions entre le numérique et nos organisations publiques en gardant nos valeurs comme ligne de conduite, les derniers textes de lois sur l’open source et la transparence des codes employés ou sur les données produites par les services publics vont tout à fait dans ce sens.

Il est aussi temps de mettre davantage d’humain dans les dynamiques de mutations numériques, à tous les niveaux, de la décision à la mise en œuvre afin que nous puissions tirer bénéfice du remède (et surtout pas du poison) porté par les technologies numériques pour la modernisation de notre service public.

C’est à nous tous d’être acteurs, on y va ?

Bertrand MOCQUET
Expert numérique à l’Agence de Mutualisation des Universités et des Établissements,
Chercheur qualifié en sciences de l’information et de la communication au Laboratoire MICA,
Université Bordeaux-Montaigne

Expression libre

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent pas l’IGPDE
Les opinions exprimées dans cet article reflètent la vue personnelle de l’auteur et n’engagent aucunement l’IGPDE ou le ministère de l’Économie et des finances.

Pour réagir et commenter cet article, rendez-vous sur notre compte Twitter


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search