Le management territorial face aux risques : le cas des territoires à dangerosité inhérente

Les dangers inhérents aux territoires correspondent à des dangers bien spécifiques sédimentés au fil du temps à la faveur de caractéristiques territoriales physiques, géographiques et humaines. Parler de dangerosité inhérente au territoire amène à traiter le risque comme une composante à part entière de ce dernier et non comme un phénomène extérieur indésirable (ou aléa), pour appréhender de manière dynamique la relation risque-territoire et ses implications en matière de management territorial.


PAR BRUNO TIBERGHIEN


Illustration : Florent Courtaigne

Les territoires à dangerosité inhérente : quel enjeu en matière de management territorial ?

Les territoires à dangerosité inhérente « peuvent être définis comme des territoires soumis de manière intrinsèque à une dangerosité persistante » (Tiberghien 2009).

Si la dangerosité en question peut se manifester de différentes manières (aléatoire, cyclique ou permanente), il s’agit là de considérer des risques avérés, ancrés au niveau des territoires.

Dès lors, les enjeux pragmatiques qui se posent en termes de management territorial questionnent fondamentalement les possibilités de vivre durablement sur des territoires dangereux. Qu’en est-il de l’acceptabilité de ces risques ? Comment les territoires, entendus au sens large en tant qu’espaces appropriés, construits, supports d’activités humaines et d’une identité collective composent avec ces phénomènes de dangerosité inhérente ?

Etymologiquement, le risque présente une figure janusienne, à la fois positive et négative, par les possibilités de gains ou de pertes qui y sont associées.

Parler de danger inhérent permet de sortir de cette tension et des logiques probabilistes qui la sous-tendent pour se concentrer davantage sur les enjeux, les facteurs de vulnérabilité, les capacités de résilience (en termes d’anticipation, d’adaptation, de restauration et de transformation) et les processus de fiabilisation à mettre en œuvre (Tiberghien 2014), comme le maintien d’une culture du risque au sein de la population (Jossou, Hernandez & Tiberghien 2019).

Trois stratégies de réponse et d’adaptation à la dangerosité inhérente

Face à la dangerosité inhérente d’un territoire, trois stratégies de réponse différentes peuvent être identifiées.
La première stratégie, celle du retrait, consiste à s’extraire de manière temporaire ou définitive du territoire. Les mesures d’évacuation, ou d’expropriation illustrent parfaitement cette dernière.

Des populations nomades ont depuis toujours adopté un mode de vie leur conférant à ce niveau une certaine souplesse que n’ont évidemment pas les populations sédentarisées. De fait, ce type de réponse n’est pas toujours envisageable et il n’est pas rare de constater l’existence de populations se retrouvant « captives » de territoires relativement dangereux.

Ici, les perspectives annoncées en lien avec les changements climatiques en cours et à venir sont de nature à rebattre très largement les cartes en matière de dangerosité inhérente aux territoires, et à engendrer des flux migratoires de très grande ampleur (selon une étude publiée en 2018 par la banque mondiale, le changement climatique poussera 143 millions de personnes à migrer d’ici 2050).

Outre le retrait, deux autres options peuvent être distinguées, proposant des formes d’adaptation plus ou moins en profondeur du système territorial.

L’adaptation de premier degré (ou adaptation somatique) consiste en des ajustements fins, à la marge, permettant de traiter les problèmes de manière ciblée, tout en conservant le mode de fonctionnement général du système. Au demeurant, elle se traduit bien souvent par « toujours plus de la même chose ». Par exemple, les actions visant à réensabler les plages face aux phénomènes d’érosion du littoral et de recul du trait de côte relèvent de cette catégorie de réponse : il faudra « toujours plus de sable ».

L’adaptation de deuxième degré (ou adaptation génétique) s’appuie sur une transformation plus fondamentale, du système, impliquant des formes de désapprentissage sur les modes de fonctionnement ayant cours. Typiquement, les actions visant à assurer une véritable transition énergétique et à œuvrer pour des changements en profondeur de nos modes de développement, de production et de consommation s’inscrivent dans cette optique.

Entre vulnérabilités et résilience : des trajectoires de territoires en suspens

Etudier les territoires à dangerosité inhérente induit une perspective longitudinale afin d’approcher sur le temps long les phases et dynamiques de co-évolution entre risque et territoire à travers trois séquences : avant, pendant, et après la crise.

L’avant-crise constitue une situation pathogène dont il convient de diagnostiquer les caractéristiques qui conditionnent la réalisation de la crise. La crise à proprement parler se traduit par la concrétisation d’un incident critique appelant à une réponse publique.

Cette durée du « pendant » est variable et peut s’étendre sur une période relativement longue eu égard aux processus techniques et administratifs à l’œuvre. Cette approche de la crise se distingue de la définition classique qui l’appréhende comme une manifestation brusque et intense, de durée limitée et aux conséquences néfastes. L’après-crise se caractérise par le retour à un équilibre dynamiquement stable.

Cette dernière phase permet d’identifier les changements induits par la crise et son traitement en matière de dangerosité inhérente au territoire. Ces enchaînements de séquences sont autant de points d’inflexion des trajectoires de territoires.

L’étude du management des territoires à dangerosité inhérente révèle que le fait de rester sur des stratégies d’adaptation de premier degré (ou somatiques) de manière systématique maintient à terme le niveau de risque, voire l’aggrave, et qu’il convient de repositionner ces dernières en les soumettant aux adaptations de second degré (ou génétiques) plutôt que l’inverse (Tiberghien 2014).

BRUNO TIBERGHIEN
Maître de conférences en management public

POUR EN SAVOIR PLUS

  • JOSSOU M., HERNANDEZ S., TIBERGHIEN B. (2019) La culture du risque d’une population : quelle caractérisation ? in ENARD H., MOREL SENATORE A. & GAUTIER A., L’acceptabilité des risques : une approche pluridisciplinaire, CERISC, Les presses de l’ENSOSP, Automne 2019, pp.278-309.
  • TIBERGHIEN, Bruno (2009) La gouvernance des territoires à dangerosité inhérente : stratégies d’adaptation et perspectives d’évolution, Géographie, Economie Société vol. 11 n°2, avril-juin, p. 137-160.
  • TIBERGHIEN, Bruno (2014) Vers une théorie générale de la dangerosité inhérente : Un domaine d’extension des théories sur la fiabilité organisationnelle ?, Revue Internationale de Psychosociologie et de gestion des Comportements Organisationnels vol. XX 2014/50, ESKA, p. 23-42.

Pour réagir et commenter cet article, rendez-vous sur notre compte twitter


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search