Les exigences de l’analyse sociologique des pratiques numériques

Dans ce billet de blog pour Public ! , Éric Dagiral et Olivier Martin analysent la question du lien social associé aux pratiques numériques. Ils mettent en avant les fragilités et les vulnérabilités que peuvent engendrer le numérique dans la société. Ils proposent quelques points de réflexion à prendre en compte, pour saisir les opportunités du numérique en fonction des catégories sociales.


Par Éric Dagiral et Olivier Martin


Illustration : Florent Courtaigne

Les promoteurs comme les critiques des outils numériques leur attribuent une force transformatrice à nulle autre pareille : outils de simplification, de démocratisation, de modernisation, de rationalisation et d’amélioration de la productivité pour les uns ; outils de domination culturelle ou économique, de déshumanisation, d’abêtissement, de décadence, de danger, de vulgarité, de production de fake news, de violence et de démagogie, allant parfois jusqu’à mettre en péril notre civilisation pour les autres.

Sans même apporter un vrai crédit à ce type de discours radicaux, force est de constater que l’essor des équipements et des pratiques est incontestable, que le mouvement de « massification » d’internet est indéniable, que les « transformations numériques » sont à l’œuvre dans de nombreux pans de la vie de nos sociétés et que, simultanément, des préoccupations collectives relatives aux enjeux du numérique s’expriment.

Songeons par exemple à la question de la protection de la vie privée, aux effets écologiques de la consommation d’équipements et d’énergie, aux effets du contrôle des informations par des plateformes.

Et n’oublions pas la fracture numérique et l’illectronisme, qui sont encore bien présents, malgré une idée très répandue : en 2017, en France, l’illectronisme concernait 19 % des personnes âgées de 15 ans ; et même les 15-19 ans n’ont pas toujours des compétences numériques jugées suffisantes (INSEE, 2019).

Dépasser ces discours généraux et prophétiques suppose d’analyser attentivement les places, les rôles et les usages des outils numériques. Engager de telles recherches est d’autant plus précieux qu’on ne peut pas nier la présence voire l’omniprésence de ces techniques, dans les sphères des activités productrices, culturelles, familiales, professionnelles, politiques ou encore éducatives.

En ce sens, le numérique est devenu « ordinaire » (voir L’ordinaire d’internet) : il participe à (presque) toutes les dimensions de la vie sociale, collective ou individuelle, professionnelle ou personnelle, et à (presque) tous les actes, routiniers ou non.

Entre le milieu des années 1980 et aujourd’hui, la sociologie a progressivement proposé une série d’analyses convergentes à propos du devenir « ordinaire » du numérique : la sociologie des usages de la télématique (voir Josiane Jouët, “La sociabilité télématique”, 1987), de la micro-informatique (voir Thomas Beauvisage, « Mesurer l’activité sur ordinateur », 2007), de la communication (voir ce reader francophone, 1997) puis d’internet (voir ce manuel de « sociologie d’internet », 2019) s’est trouvée de plus en plus mobilisée par des chercheur·e·s travaillant aussi bien sur le travail et les organisations (l’un de ses domaines de prédilection) que par des spécialistes de l’éducation, de la famille, du politique ou encore des religions.

Toutes ces approches soulignent l’encastrement des liens sociaux et de leur dynamique dans une variété de technologies d’information et de communication, mais aussi la co-existence de pratiques numériques à côté de pratiques non-numériques : même si le numérique est très présent dans nos quotidiens, beaucoup de pratiques continuent à exister en étant dépendantes du numérique sans pouvoir s’y réduire (il suffit de penser à nos interactions avec nos proches : celles-ci passent à la fois par le recours à des outils numériques de communication à distance, mais aussi par des échanges directs, en face à face).

Aujourd’hui, l’omniprésence du numérique, son caractère ordinaire, rendent impératives les prises en compte des aspects « numériques » dans toute analyse de faits sociaux.

Souvent, il demeure difficile de prévoir la façon dont les individus se saisissent des dispositifs numériques. D’une part parce qu’il existe une grande diversité de dispositifs et d’outils, qui offrent de vastes éventails d’usages possible. Et d’autre part parce que les individus peuvent s’en saisir de manières très différentes, selon leurs situations, leurs objectifs, leurs conditions sociales de vie.
Devenu ordinaire, internet ne fait pour autant fait l’objet d’appropriations homogènes : cet ordinaire prend des formes particulièrement variées, hétérogènes, inégales. Au-delà des questions de fractures numériques (déjà mentionnées précédemment), nombre d’études des cinq dernières années viennent souligner combien on retrouve, dans l’observation des pratiques numériques, l’ensemble des différenciations sociales classiques (âge, sexe, PCS…).

Les taux d’équipements et l’intensité des pratiques varient d’un espace social à l’autre, d’un contexte culturel ou économique à l’autre. De plus, la nature et la finalité de ces pratiques doivent être très différentes, même à équipement équivalent : la recherche de Dominique Pasquier met en évidence les inquiétudes associées au numérique au sein de familles modestes, souvent moins diplômées.

Ne comptant pas parmi les plus enthousiastes initialement, elles ont souvent fait l’expérience d’obligations progressives et de pratiques contraintes, particulièrement en matière de démarches administratives ou d’usage des services bancaires : « ‘’Il fallait bien s’y mettre’’ est la phrase qui résumerait le mieux l’esprit général » (voir Dominique Pasquier, L’internet des familles modestes, p. 195).

Ce constat vaut aussi pour les pratiques administratives numériques, que ce soit dans la sphère du travail avec l’extension de la « bureautique » et la rationalisation des organisations, ou dans la sphère des services aux usagers et des pratiques des administrés.

Si les outils numériques diminuent parfois de façon conséquente les déplacements des administrés, ils sont aussi loin de se traduire par une « simplification » des pratiques : gérer ses mails, ses comptes en ligne, disposer d’outils en bon état de marche pour déclarer ses impôts, réinstaller son « certificat électronique » au cours des premières années de mise en œuvre, mais aussi conserver à jour et archiver ses différents dossiers sous forme numérique – la « dématérialisation » est ainsi bien mal nommée ! – représentent, bien souvent, autant de nouvelles épreuves… que de gains de temps avérés (voir Éric Dagiral, La construction socio-technique de l’administration électronique, 2007).

Qui plus est, de mode de contact optionnel s’ajoutant aux guichets, courriers et autres appels téléphoniques, le numérique s’est depuis lors largement mué en modalité principale et de plus en plus souvent obligatoire pour de telles démarches.

Même chez des usagers expérimentés ayant tôt choisi la voie des démarches numériques, l’extension progressive des activités et démarches associées à leur ordinateur ou leur smartphone semble en outre se conjuguer à une certaine fatigue numérique.

Et parfois aussi à des difficultés objectives, en cas de panne ou de perte des identifiants, où lorsqu’une situation singulière mériterait un traitement particulier en dehors des protocoles standardisés.

Songeons aussi aux travaux sur les populations étudiantes qui montrent que les compétences numériques ne sont pas universelles : des étudiants familiers de leur smartphone et des réseaux sociaux peuvent néanmoins éprouver des difficultés dans d’autres sphères des compétences numériques.
Et rappelons que les recherches sur les familles populaires soulignent combien le rapport à l’écrit et la capacité à s’exprimer en ligne sont encore fortement conditionnés par la position sociale.

En somme, les fragilités et les vulnérabilités associées au numérique ne doivent pas être négligées ou oubliées. La massification et l’intensification des usages ne doivent pas nous aveugler en nous conduisant à imaginer un monde aux pratiques numériques homogènes et fluides.

Dépasser les apories des discours généraux et prophétiques suppose, comme la sociologie ne cesse de le répéter depuis plusieurs décennies, d’étudier les usages concrets des outils numériques par les individus, par les institutions, par les entreprises et, plus généralement, par tous les acteurs.

Sans une analyse des pratiques réelles et des mises en œuvre concrètes du numérique dans la dynamique des faits sociaux, on court le risque d’attribuer aux techniques des pouvoirs déterministes univoques qu’elles n’ont pas, tout en étant aveugle à leurs effets performatifs et structurants réels.

Les techniques participent aux dynamiques sociales dans la mesure où les individus et acteurs collectifs se les approprient, se saisissent de leurs potentialités, les façonnent tout en étant façonnés par leur usage.

Conduire de telles analyses suppose d’adopter quelques principes fondamentaux, visant notamment à ne pas être victime de représentations spontanées erronées (pour une présentation complète des principes, voir l’introduction de Les liens sociaux numériques).

Il faut par exemple prêter attention à la manière dont ce qui se passe en ligne est articulé à ce qui se passe hors ligne (autrement dit, il ne faut surtout pas se représenter les pratiques comme relevant de deux mondes distincts, celui du « virtuel » et celui du « réel »). Il faut également de pas supposer que l’usage d’une technologie est nécessairement univoque et uniforme : les manières de s’approprier et d’utiliser les technologies varient d’un individu à l’autre, d’un contexte ou d’un moment à l’autre.

Enfin, dernier exemple il ne faut pas oublier que tout dispositif technique possède à la fois des aspects matériels objectifs (énergie, interface, mémoire) et des aspects immatériels : tout dispositif intègre des choix, des normes, des valeurs, des catégories et nomenclatures socialement construites : les dispositifs techniques ne sont jamais neutres et dénués de choix.

Éric Dagiral
Maître de conférences en sociologie à l’université Paris-Descartes,
Chercheur au Cerlis.

Olivier Martin
Professeur de sociologie
Statisticien
Directeur du Centre de recherche sur les liens sociaux (Cerlis – Unité CNRS/Sorbonne Nouvelle/Université de Paris)

POUR EN SAVOIR PLUS

Éric Dagiral et Olivier Martin sont les auteurs de Les liens sociaux numériques, Paris, Armand Colin, coll. « Sociologia », 2021, 350 p

La question du lien social constitue un enjeu contemporain majeur de nos sociétés. Quelle sont la place et le rôle des dispositifs numériques dans les dynamiques du social ?
Appuyé sur des enquêtes et des études concrètes et variées, ce livre montre comment et dans quelle mesure internet a pris place dans nos pratiques les plus courantes. Qu’est-ce qui a changé dans les manières de faire des rencontres, d’échanger avec des proches, d’étudier, de jouer, de discuter, de draguer, de s’exprimer, de sortir avec des inconnus, et même de tricoter ? Ce livre révèle comment nos vies se sont ajustées à internet et comment, inversement, internet s’est adapté. Finalement, comprendre le rôle et la place d’internet, c’est comprendre nombre de faits sociaux généraux.

Expression libre

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent pas l’IGPDE
Les opinions exprimées dans cet article reflètent la vue personnelle de l’auteur et n’engagent aucunement l’IGPDE ou le ministère de l’Économie et des finances.

Pour réagir et commenter cet article, rendez-vous sur notre compte Twitter


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search