Regards sur les politiques publiques depuis les gilets jaunes

Le mouvement des Gilets jaunes commencé en novembre 2018 éclaire une multitude de faits sociaux jusqu’alors passés « sous les radars » et qu’il a brutalement rendu visibles. Pierre Blavier, chercheur en sociologie et science politique au CNRS, a réalisé entre novembre 2018 et janvier 2019 une enquête de terrain sur la vie des ronds-points et les budgets de famille. Dans cet article pour le blog Public !, il nous présente cette enquête et son récent ouvrage Gilets jaunes, la révolte des budgets contraints, paru en octobre 2021 aux Presses universitaires de France (PUF), dans lequel il s’attache à montrer ce que les Gilets jaunes nous ont appris de la société française.


Par Pierre Blavier


Le déroulé, chacun le connait désormais : samedi 17 novembre 2018, plusieurs centaines de milliers de personnes vêtues d’un gilet jaune bloquent les routes du territoire français toute la journée, au niveau des ronds points et péages. À Paris, une manifestation a lieu sur les Champs-Élysées et des manifestants tentent de se rendre au palais de l’Élysée, résidence officielle du président de la République, avant d’être bloqués par les forces de l’ordre.

Dans les jours puis les mois qui suivent cet « acte I », les occupations de ronds-points continuent jusqu’à leur évacuation par les forces de l’ordre vers la mi-janvier 2019, alors que les manifestations du samedi perdurent tout au long de l’année. Aujourd’hui encore, il arrive d’apercevoir, à proximité de quelques ronds-points, une cabane avec des gilets jaunes. Ce mouvement social a surpris tout le monde, quels enseignements peut-on en tirer, notamment en termes de politiques publiques socio-économiques ?

Dans mon livre Gilets jaunes, la révolte des budgets contraints, je me suis attaché à documenter les budgets de famille, entendus comme l’ensemble des manières monétaires et non monétaires, temporelles et spatiales, à la croisée de dimensions comme le travail, les transports, ou les goûts, qui permettent à des ménages comme ceux des gilets jaunes de « joindre les deux bouts ».

Pour cela, je me suis principalement appuyé sur une ethnographie menée in situ sur les ronds-points du 17 novembre 2018 à leur expulsion mi-janvier 2019, ce qui a permis de rencontrer près de 350 personnes et s’est avéré très instructif quant aux milieux sociaux présents et leurs modes de vie. Cela a débouché sur la poursuite d’une enquête plus approfondie sur les budgets de certains participants.

Cette démarche a permis de relever que les gilets jaunes entretiennent au fond un rapport à la fois informé et politisé vis-à-vis des politiques publiques qui les concernent, ce qui nuance l’idée communément admise selon laquelle ces franges de la société seraient très éloignées de la politique, « peu politisées », et éprouveraient un sentiment d’incompétence en la matière.

En effet, ce qui était frappant en enquêtant sur les ronds-points auprès des gilets jaunes, ce sont les raisonnements parfois assez sophistiqués qu’ils élaborent sur leur situation et sur l’action publique contemporaine.

Au-delà d’éventuels clivages partisans, beaucoup éprouvent un sentiment de trahison de l’État, dans la mesure où plusieurs politiques publiques de ces dernières décennies conduisent à une remise en question (politique, économique, écologique) de leur mode de vie de petites classes moyennes, périurbaines, et motorisées.

Cela vaut en particulier pour trois aspects des politiques économiques sur lesquelles nous proposons de nous concentrer ici (d’autres dimensions sont évoquées de manière plus détaillée dans le livre) : la régulation du trafic routier, la fiscalité, et la promotion de marchés privés pour des enjeux jugés de bien public.

Premièrement, plusieurs indices témoignent de la centralité de l’automobile au sein des gilets jaunes : la revendication de suppression de la taxe sur le carburant, la familiarité avec la circulation routière observable sur les ronds-points et la possession de véhicules motorisés (voitures mais aussi motos), ou encore la surreprésentation des « mondes de la route » : des chauffeurs et des mécaniciens du côté des hommes, des professions de la santé et des services à la personne du côté des femmes.

Toutes ces catégories ont en commun un usage intensif de la voiture. Elles reprochent aux gouvernements successifs toute une série de réformes qui rendent toujours plus difficile la circulation routière : taxation des carburants et coût élevé des péages autoroutiers, multiplication des contrôles (excès de vitesse, alcoolémie) et des sanctions routières (amendes, retrait de points puis suspension du permis de conduire, voire emprisonnement en cas de récidive), mise en place du contrôle technique (1992) puis durcissement (annoncé en 2018, suspendu puis finalement entré en vigueur en 2019) dans un contexte de fragilisation des savoir-faire populaires de réparation du fait de l’électronisation des véhicules, restrictions pour les véhicules diesel émetteurs de particules fines jusque-là promus, et quelques mois avant les gilets jaunes passage de la limitation de vitesse sur les routes secondaires de 90 km/h à 80 km/h (juin 2018).

Cette accumulation est vraiment centrale pour comprendre le mouvement des gilets jaunes. En relevant cela, il ne s’agit assurément pas de remettre en cause ces politiques publiques, qui ont pu avoir leur utilité (par exemple en termes de sécurité routière), mais de bien voir qu’elles ont pu donner l’impression de « tomber toujours sur les mêmes », et notamment sur des ménages périurbains qui n’ont pas beaucoup d’autres choix que d’utiliser leur véhicule pour aller au travail, faire les courses, etc.

De ce point de vue, il faut également mesurer à quel point la généralisation de la voiture a rendu proches des choses qui ne l’étaient pas lors d’organisations antérieures du territoire.
Deuxièmement, il a été beaucoup dit que les gilets jaunes seraient opposés à la fiscalité, ce qui aurait alimenté les réserves des syndicats et des partis de gauche.

Cela peut apparaître comme un contre sens, car c’est plutôt un sentiment d’injustice fiscale que partagent beaucoup de gilets jaunes, et en particulier les nombreux retraités qui étaient très largement représentés sur les ronds-points, dans la lignée de leurs journées de mobilisation tout au long de l’année 2018.

Ceux-ci ne comprennent pas pourquoi la CSG a été augmentée sur les retraites, alors que dans le même temps un impôt comme l’Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) a été supprimé (2018).

Sans rentrer ici dans le débat technique sur ce dernier, c’est symboliquement la redistributivité du système fiscal français qui est questionnée, du fait de l’omniprésence de taxes telles que la TVA, ou des taxes sur les carburants ou le tabac dont tous les consommateurs doivent s’acquitter quel que soient leurs revenus.

Cela alimente des réflexions familières de ras-le-bol fiscal souvent entendues sur les ronds-points telles que « Tu vis pas. On te donne d’une main puis on te prend de l’autre », « nous sommes des vaches à lait / pigeons ».

Enfin, un dernier aspect saillant des budgets de famille de gilets jaunes en termes de politiques économiques concerne l’ouverture et la promotion de marchés privés pour des enjeux tels que la couverture santé (mutuelles), les transports (gestion des autoroutes déléguée au privé), la garde des personnes âgées ou, plus récemment, les retraites.

Ces régulations génèrent des dépenses conséquentes pour se couvrir soi-même et ses proches face à ces différents risques, d’où un sentiment d’incompréhension que ces services ne soient pas plus mutualisés.

Ceci ne veut pas dire que les gilets jaunes seraient pro-services publics : cet aspect est plus complexe et fait moins l’unanimité car il renvoie à la question du statut de fonctionnaire, et pour différentes raisons la jonction avec des mouvements de défense de services publics locaux n’a pas vraiment eu lieu.

Cette accumulation de politiques publiques défavorables à leur mode de vie a suscité le mécontentement de larges franges de la population française. Elle a donné lieu à une sorte de nouvelle forme de pauvreté qui tient moins aux revenus perçus qu’aux efforts qu’ils nécessitent et au pouvoir d’achat qu’ils permettent.

C’est moins la pauvreté à proprement parler qui est en jeu dans tous ces arbitrages que les conditions de possibilité de la mobilité et de la reproduction sociales, d’où le rejet fréquent de ces figures repoussoirs d’échec que sont les logements HLM, les Restos du Cœur, et les « cassos ».

Les gilets jaunes sont ainsi venus nous rappeler que tous ces aspects sont profondément intriqués dans des organisations domestiques, alors qu’ils sont habituellement traités de manière séparée par les politiques, les médias, et les chercheurs en sciences sociales.

Dans le livre, j’essaye donc d’articuler ces enjeux de politiques publiques avec le vécu quotidien des personnes concernées, de manière plus détaillée et avec plus d’éléments de démonstration empirique.

Certes, différentes mesures ont été prises depuis 2018 : le retrait de la taxe sur le carburant et partiellement de la limitation à 80 km/h, l’abandon jusqu’à nouvel ordre d’éventuels projets de péages urbains, mais aussi une hausse de la prime d’activité ou un « coup de pouce » à la prime à la conversion automobile pour les foyers non imposables (2 000 euros, 2 500 dans le cas d’un véhicule électrique, 1 000 euros pour les imposables) dans la lignée d’annonces faites dès octobre 2018.

Mais tout cet attirail apparaît maigre face aux enjeux de fond qui structurent les budgets de famille des gilets jaunes, tels que l’organisation socio-spatiale du territoire, le système de transports, la redistribution de la richesse, ou les modalités de prise en charge de risques sociaux tels que la retraite, la pénibilité physique du travail, ou la dépendance.

Pierre Blavier,
Chargé de recherche au CNRS en sociologie et science politique
Enseignant à l’université de Lille.

POUR EN SAVOIR PLUS

Pierre Blavier est l’auteur de Gilets Jaunes, la révolte des budgets contraints, PUF, octobre 2021, 224 pages

L’ouvrage propose un pas de côté en suivant les découvertes réalisées au fur et à mesure d’une enquête de terrain au côté des Gilets jaunes, à la fois sur la vie des ronds-points et le budget des familles : comment se déroule une occupation de rond-point et que nous apprend-elle sur la société française ? Qui sont les Gilets jaunes, et comment vivent-ils ? Le mouvement des Gilets jaunes est un formidable point d’entrée dans une foule de faits sociaux qui étaient jusqu’alors passés « sous les radars » et qu’il a brutalement rendu visibles : la route et ses enjeux, d’innombrables savoir-faire populaires, des réseaux de mobilisation insoupçonnés, des problèmes sur le marché du travail, des tensions budgétaires, un sentiment diffus d’injustice fiscale, le « système D » auquel il faut avoir recours pour faire face à toutes ces contraintes. Seul le croisement de ces différents éléments permet une compréhension large des Gilets jaunes et d’une frange sociale qu’on entendait peu s’exprimer jusque-là.

Expression libre

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent pas l’IGPDE
Les opinions exprimées dans cet article reflètent la vue personnelle de l’auteur et n’engagent aucunement l’IGPDE ou le ministère de l’Économie et des finances.

Pour réagir et commenter cet article, rendez-vous sur notre compte Twitter


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search