La motivation de service public

Il existe de nombreuses théories liées aux leviers de motivation au travail, avec des facteurs reconnus (rémunération, reconnaissance, responsabilité, autonomie), mais des recherches menées dans plusieurs pays ont montré qu’il existe des facteurs de motivation très spécifiques aux services publics : on les rassemble dans l’expression Motivation de Service Public (MSP).

Quand un manager réfléchit aux leviers de motivation au travail pour ses employés, il pense d’abord à :

  • Plus de reconnaissances,
  • Plus de responsabilités,
  • Une meilleure rémunération
  • Plus d’autonomie dans l’organisation de son temps de travail.
    Mais des recherches menées dans plusieurs pays ont montré qu’il existe plusieurs facteurs de motivation très spécifiques aux services publics : on les rassemble dans l’expression « Motivation de Service Public », ou MSP.

Qu’est-ce que la MSP ?

La MSP est la prédisposition d’un individu à répondre à des motivations portées principalement ou uniquement par les institutions ou organisations publiques.
La MSP a quatre dimensions :

  • l’attraction pour la politique publique et la prise de décision,
  • l’intérêt public et le devoir civique,
  • la compassion,
  • et enfin, le don de soi.

Qu’est-ce qui rend la MSP si spéciale ?

Face aux autres types de motivation, la MSP s’inscrit dans la durée. Une étude menée sur plusieurs années, dont les résultats ont été publiés en 2016, a montré que quel que soit le contexte, les agents publics maintiennent le même niveau de MSP dans la durée, contrairement aux autres types de motivations, qui s’essoufflent plus rapidement.

Mais peut-on démontrer que les agents avec une forte MSP ont de meilleurs résultats ? Deviennent-ils moteur de performance organisationnelle ? Entre 2010 et 2011 au Danemark, une étude menée auprès de 694 enseignants et 5631 élèves a montré que plus la MSP d’un enseignant est forte, meilleurs sont les résultats scolaires de ses élèves.

Par ailleurs, l’association entre les résultats de l’élève et la forte MSP de l’enseignant se renforce dans la durée.
Mais qu’en est-il du bien-être et de la satisfaction au travail des agents possédant une forte MSP ? S’impliquent-ils d’autant plus dans les missions du service public ?

En 2016, une étude sur le changement organisationnel menée auprès de 1296 agents publics américains a montré que plus la MSP d’un agent est forte, plus son implication dans la conduite de changement est forte. Par exemple, la mise en œuvre de l’aplatissement hiérarchique, le travail collaboratif, la flexibilité au travail, ou encore la délégation.

Comment attirer les personnes avec une forte MSP ?

Avant tout, il s’agit de mettre en avant les images et les concepts porteurs de sens des missions du service public.
Pour attirer les personnes avec une forte MSP dans le cadre d’un recrutement, des valeurs doivent être mises en avant sur les fiches de poste.

Alors, comment favoriser la MSP des agents publics ?

Pour créer un environnement de travail favorable au développement de la MSP, on peut mettre les agents en contact direct avec les usagers, ou leur montrer leurs niveaux de satisfaction, pour leur permettre de voir l’impact de leur contribution aux missions de service public.

On peut transmettre les valeurs du service public aux nouveaux arrivants par des formations, du coaching, du mentoring.

Mais tout cela ne suffit pas, si le manager ne s’implique pas dans cette démarche de donner du sens au travail, même un agent avec une forte MSP va se démotiver.

Pour qu’il retrouve sa motivation, la formation des leaders à la diffusion des messages sur les valeurs du service public est donc essentielle.

BIBLIOGRAPHIE

Andersen (L.B). Heinesen (E). et HolmPedersen (L), How does public service motivation among teachers affect student performance in schools ?, 2014, JPART 24 :651-671.

Bellé (N). Experimental evidence on relationship between public service motivation and job performance, 2012, Public Adminsitration Review, Vol.73, Iss.1, pp.143-153.

Buelens (M). et Van den Broeck (H). An analysis of difference in work motivation between public and private sector organizations, 2007, Public Administration Review, January/February 2007, pp.65-74.

Homberg (F)., McCarthy (D). et Tabvuma (V). A meta-analysis of the relationship between public service motivation and job satisfaction, 2015, Public administration Review, Vol. 75, Iss.5, pp.711-722.

Mostatafa (A.M.S)., Gould-Williams (J.S). et Bottoley (P)., High-performance human resource pratices and employee outcomes : the mediating role of public service motivation, 2015, Public Administration Review, Vol. 75, Iss. 5, pp.747-757.

Paarlberg (L). & Perry (J.L). Public service motivation research : lessons for practice, 2017, Public Adminstration Review, vol.77, Iss. 4, pp.529-542.

Taylor (J). Public service motivation, relational job design, and job satisfaction in local government, 2014,Public Administration, Vol. 92, n°4, 2014, pp. 902-918.

Teo (S.T.T)., Pick (D)., Xerri (M). et Newton (C). Person-organization fit and public service motivation in the context of change, 2015, Public Management Review, Vol. 18, n° 5, pp.740-762.

Vandenabeele (W)., Brewer (G.A). & Ritz (A). Past, present, and future of public service motivation research, 2014, Public administration, Vol.92, n°4, 2014, pp.779-789.

Expression libre

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent pas l’IGPDE
Les opinions exprimées dans cet article reflètent la vue personnelle de l’auteur et n’engagent aucunement l’IGPDE ou le ministère de l’Économie et des finances.

Pour réagir et commenter cet article, rendez-vous sur notre compte Twitter


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search