[Motion design] La Compétence : un (en)jeu de société ?

Tout le monde a un avis sur la compétence : vous savez qui est compétent et qui ne l’est pas, comment faire pour l’être encore plus. Mais parlons-nous vraiment tous de la même chose ? En 4 minutes, venez découvrir un résumé des travaux de la recherche sur ce sujet. Vous n’avez pas le temps de lire ? L’IGPDE vous l’a dessiné !

La compétence : tout le monde en a besoin, tout le monde en veut toujours plus, tout le monde sait de quoi il s’agit, mais est ce que tout le monde parle de la même chose ?

Que nous apprend la recherche sur ce sujet ?

Savoir combiner des ressources pour agir de façon performante dans une situation donnée : selon les chercheurs, la compétence se nourrit de différents types de savoirs et ne se définit que par rapport à un niveau de performance.

Les premiers travaux sur la compétence datent de 1971 et sont issue de réflexions portées par des organisations publiques. Le psychologue et sociologue américain David McClelland, alors professeur à Harvard est sollicité par une agence fédérale américaine, pour améliorer le recrutement des jeunes diplomates.

Il sera le premier à remettre en question l’efficacité des tests d’intelligence dans le processus de recrutement, en montrant qu’ils ne permettent pas de prédire la performance dans un emploi. Par exemple, la capacité à développer les réseaux politiques n’était pas évaluée dans les tests.

Pourquoi les tests ne sont-ils pas fiables ?

Parce que démontre McClelland, la compétence n’est pas uniquement une question de personne, mais se situe au croisement entre l’individu et l’organisation. Ses travaux permettent de voir émerger la notion de compétence dite « soft skills » : le savoir-être ou compétences comportementales.

McClelland bouleverse les méthodes de recrutement en introduisant des tests plus expérimentaux de mise en situation.

Les années 70 ont donc marqué un véritable tournant dans l’histoire de la compétence. Avant 1970, le mode de fonctionnement des organisations est très standardisé : les employés sont affectés à des tâches précises et les domaines de l’organisation sont très cloisonnés. On attend donc de chaque employé des qualifications précises, devant répondre à un besoin précis.

Après 1970 et la remise en cause du modèle de production fordiste, la relation à l’usager, la manière dont on propose un service devient plus important : la personnalisation et la flexibilité remplacent la standardisation. On attend désormais de l’agent qu’il utilise toutes ses compétences : savoir, savoir-être et savoir-faire.

Cette nouvelle adaptabilité de l’organisation suppose une plus grande autonomie de l’employé. La réussite/ la performance d’une organisation dépend donc de sa capacité à organiser ses ressources, à savoir coordonner les différences compétences de son vivier d’employés.

Les ressources humaines deviennent stratégiques : en définissant des compétences clés (celles qui permettent à l’organisation d’être meilleure que les autres) et des compétences rares comme l’expérience, le jugement ou la capacité d’anticipation, les ressources humaines permettent ainsi de servir et d’accompagner l’évolution des organisations.

L’organisation apprenante doit elle-même devenir compétente dans sa manière de mettre en scène et véhiculer ses valeurs afin d’optimiser la marche de ses employés. Pour servir cette stratégie RH, un outil devient essentiel : le référentiel.

Dans le processus de recrutement, il permet de définir un profil de compétences lié au poste à pourvoir. Le référentiel est une cartographie des compétences qui permet de repérer au sein de l’organisation la liste des métiers exercés, qui sont ensuite eux-mêmes subdivisés en types de compétences.

On peut ensuite hiérarchiser ses compétences : pour chaque emploi, est-ce une compétence clé ou secondaire ? Quel est le niveau de maitrise requis ?

Le référentiel est une des clés permettant de moderniser le recrutement, notamment dans la fonction publique. Il peut accompagner une logique de professionnalisation des concours : VAE, Epreuves professionnelles…

Il peut également servir de base pour remettre en question le principe même du concours. Des méthodes de recrutement à la formation, en passant par la mobilité et la gestion des carrières, la compétence imprègne aujourd’hui toutes les dimensions des ressources humaines.

BIBLIOGRAPHIE

Baret Christophe et Oiry Ewan, « La gestion des compétences : quatre leçons pour surmonter les difficultés de la mise en œuvre dans le secteur public » in Gestion, 2014, Vol. 39, n° 2 – p. 94-103.

Borzeix Anni, Collard Damien, Raulet-Croset Nathalie, Teulier Régine, « Les compétences implicites dans la relation de service à la SNCF », in Rapport de recherche réalisé pour le compte de la SNCF, 2008, PREG-CRG de l’école Polytechnique.

Bouteiller Dominique et Gilbert Patrick, « La compétence numérisée : enjeux de validité et quête de sens »,  Revue de gestion des ressources humaines, 2011, vol. 1, N° 79, p. 56-71.

Bouteiller Dominique et Gilbert Patrick, « La diffusion de l’instrumentation de la gestion des compétences en Amérique du Nord depuis David C. McClelland » Relations industrielles / Industrial Relations, 2016, 71 (2), p. 224–246.

Boyatzis Richard Eleftherios, « The Competent Manager. A Model for Effective Performance », John Wiley & Sons, 1982, New York, Toronto.

Collard Damien, Suquet Jean-Baptiste et Raulet-Croset Nathalie, « La gestion paradoxale des compétences de service », Formation emploi [En ligne], 130 | Avril-Juin 2015, mis en ligne le 08 juin 2017, consulté le 01 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/formationemploi/4410

Farnham David et Horton Sylvia, « HRM Competency frameworks in the british Civil service » in : Horton S. et al. Ed. Competency management in the public sector, 2002, Amsterdam, IOS press, 2002, p. 33-47.

Hondeghem Annie, Horton Sylvia et Scheepers Sarah, « Modèles de gestion des compétences en Europe » Revue française d’administration publique, 2005/4 n°116,  p. 561-576.

Jeannot Gilles, « Les conditions d’une gestion des compétences des cadres de l’action publique territoriale », in Politiques et management public, 2005, vol. 23, n° 2, p. 1-19.

Jeannot Gilles, « Gérer les carrières des cadres de la fonction publique ? »  Revue française d’administration publique,  2005/4, n°116, p. 553-559.

Jeannot Gilles, « De la gestion prévisionnelle des effectifs, des emplois et des compétences (GPEEC) aux cadres statutaires : la progressive émergence de la notion de « métier » dans la fonction publique d’État en France », Revue française d’administration publique, 2005/4 n°116, p.595-608.

Klarsfeld A., Oiry E. (cours.), Gérer les compétences. Des instruments aux processus, Paris, Vuibert, 2003, 290 p.

Le Boterf, G., De la Compétence. Essai sur un attracteur étrange, Les Éditions d’Organisation, 1994

Le Boterf, G. (2010), Construire les compétences individuelles et collectives, 5e éd., Les Éditions d’Organisation.

McClelland David C., Testing for competence rather than for «intelligence.» American Psychologist, 1973, 28, 1-14.

McClelland, David C. et Charles Dailey, C., Improving Officer Selection for the Foreign Service. Boston: McBer, 1972.

Oiry Ewan, Qualification et Compétence : deux soeurs jumelles ? Revue française de gestion , 2005/5 n° 158 | pages 13 à 34

Paradeise C., Lichtenbergery, Compétence, compétences, Sociologie du travail, 2001,  n° 43-1, p.33-48.

Ughetto Pascal. Référentiels de compétences : ce que l’instrument fait à la logique compétence. B. Prot. Les référentiels contre l’activité, Octarès, pp.35-49, 2014. hal-01059281v2

ZARIFIAN P. (2001), Le modèle de la compétence, 2001, Paris, Éditions Liaisons.



Citer ce billet
Jean-Gabriel Plumelle (2022, 17 février). [Motion design] La Compétence : un (en)jeu de société ? Public ! Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pw9w

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search