Des classes préparatoires intégrées aux prépas talents : un dispositif au service de la diversité dans l’emploi public

Instituées par le ministère de la Transformation et de la Fonction publiques en 2021, les Classes Prépa Talents du Service Public sont destinées aux étudiants sélectionnés sous conditions de ressources et de mérite qui souhaitent préparer les grands concours de la fonction publique. Ces Classes Prépa Talents s’inscrivent dans la continuité d’un dispositif plus ancien : les Classes Préparatoires Intégrées (CPI), qui avaient également pour objectif de diversifier les profils recrutés et favoriser l’accès de tous aux emplois publics. Dans ce billet de blog, Guillaume Techer, ancien responsable d’une CPI à l’Insee, revient sur son expérience de ce dispositif peu connu.


Par Guillaume Techer


Illustration : Florent Courtaigne

Né de deux parents réunionnais, arrivés en métropole à la fin des années soixante, j’ai grandi dans des villes comme Pontoise, Argenteuil et Évry. Plus tard, interne en classe préparatoire, j’ai vécu au contact de milieux sociaux très divers, souvent modestes et parfois d’origine étrangère : Maroc, Liban pour ne citer qu’eux…

En 1991, la réussite au concours de l’Ensae-CGSA pour devenir fonctionnaire stagiaire, école devenue ENSAI en 1996, m’a permis de travailler à l’Insee depuis. Statistiques, informatique, les postes et fonctions divers ne manquent pas. Pourtant l’Insee n’avait pas été un premier choix, l’enseignement avait ma préférence mais par chance, la formation est vite apparue comme une activité possible dans ces postes, jusqu’à devenir un métier à part entière en 2001 : j’enseignais à l’Ensai, puis devenais formateur au Centre de formation de l’Insee à Libourne (Cefil) en 2004.

Et une question était toujours là en arrière-plan dans mon esprit : et si ça n’avait pas marché…

En 2012, je trouvais une occasion exceptionnelle, non pas d’y répondre, mais d’aider ceux pour qui ça n’avait pas marché, ou pas du premier coup. L’Insee se ralliait au dispositif des classes préparatoires intégrées : les CPI ont vocation, depuis 2005 pour les plus anciennes, à proposer à des personnes sans emploi ou étudiantes, de l’aide pour préparer les concours d’entrée aux écoles de la fonction publique. Recrutant parmi les représentants de la diversité, le dispositif doit reposer sur trois axes : un soutien pédagogique renforcé, avec l’appui du tutorat, l’octroi d’une aide financière, principalement l’allocation diversité et des facilités d’hébergement et de restauration, lorsqu’elles sont possibles.

En s’appuyant sur l’expérience d’autres écoles, de onze années d’enseignement dont 8 orientées sur la pédagogie pour les adultes, j’ai pu au travers d’une mission préparatoire puis par le fait d’occuper la fonction de directeur adjoint du centre, proposer cette CPI au concours de contrôleur de l’Insee dès la rentrée de septembre 2012.

Par chance, le Cefil dispose de logements pour accueillir ces futurs CPIstes, d’une cantine administrative à laquelle ils pourront accéder et l’appel d’offre pour la formation permettra de disposer de trois professeurs proposés par le Greta pour les préparer aux épreuves de mathématiques/statistiques, français et d’économie.

A contrario, la partie difficile a été dès le démarrage le recrutement : l’Insee reste une « petite » administration d’État, avec environ 5 000 agents répartis sur seulement 23 sites géographiques donc sur un maillage territorial n’offrant que peu le choix des destinations aux lauréats du concours. Par ailleurs, l’institut ne recrute que 50 agents de niveau B chaque année, voire moins de 30 certaines années, lorsque la DGFIP en recrute plusieurs centaines dans le même ministère. Enfin, entre le niveau BAC théorique du concours et les lauréats détenteurs au moins du niveau bac + 2 à 80 %, voire d’un bac + 4 pour 50 % d’entre eux, difficile de fixer le curseur des personnes à solliciter.

Au final, durant les cinq ans pendant lesquels j’ai géré cette CPI, quelques belles réussites ont permis de faire rebondir nos candidats : des lauréats tout juste bacheliers, rarissimes jusqu’alors, voire une personne de 49 ans, demandeur d’emploi, et titulaire du seul diplôme d’accès aux études universitaires (DAEU).

Seconde opportunité en 2018 : j’allais pouvoir rédiger un mémoire sur cette expérience dans le cadre d’un partenariat de l’IGPDE avec l’université Paris Dauphine. Ce sera donc l’occasion d’un bilan et de mettre en avant ce qui à mon sens constituait les forces et les faiblesses du dispositif. En m’appuyant sur des entretiens auprès de responsables de CPI du Réseau des écoles de service public et de trois rapports de missions d’État (« Les discriminations dans l’accès à l’emploi public » – Yannick L’Horty – Juin 2016 ; « Les écoles de service public et la diversité » – Olivier Rousselle – Février 2017 ; « Mission Haute Fonction Publique » – Frédéric Thiriez – rapport du 30 janvier 2020 ), je propose d’en livrer les principales conclusions ci-après.

La première est que globalement, la trentaine de CPI existant au niveau national et préparant à des concours de niveau A et B en font un dispositif qui fonctionne, avec des résultats quantitatifs plus qu’encourageants. Malheureusement, encore en 2019 et chiffres à l’appui, il reste méconnu et en perte de vitesse au niveau des recrutements. Pour la première fois, le niveau de ces recrutements a baissé en 2018 alors qu’il était depuis plus de treize ans en croissance lente mais continue.

Plus ennuyeux, au regard des enjeux, « que la diversité soit mieux représentée dans l’emploi public », l’ampleur des résultats pourtant prometteurs est faible : sur les 500000 recrutements annuels dans la fonction publique, seuls 80 000 se font par concours pourtant réputé comme le mode de recrutement le plus égalitaire. Et parmi les 1 000 places offertes en CPI chaque année, seules 700 sont pourvues, avec 500 réussites à la clé. Les résultats sont là mais n’infléchissent pas la mobilité sociale parmi les cadres de la fonction publique. L’emploi public n’attire plus comme auparavant et cela se ressent déjà dans le recrutement général y compris hors des CPI.

Pour essayer d’améliorer, d’une part la visibilité et l’attractivité des métiers de la fonction publique, et d’autre part la diversité dans son recrutement, les rapporteurs des missions citées ci-dessus proposent différentes mesures que j’ai confrontées à mon expérience personnelle et aux échanges avec les responsables d’autres CPI :

  • La promotion des CPI est un axe à part entière avec une prise en charge dès l’enseignement secondaire afin de détecter et d’informer les jeunes futurs talents, par exemple en les accueillant volontiers lors des stages d’observation professionnelle de 3e dans les administrations. Comme en Grande-Bretagne, promouvoir l’idée que toutes les candidatures sont les bienvenues, sans distinction d’origine, de parcours, de sexe et qu’elles seront toutes traitées dans le respect des principes rappelés et aider les candidats à s’identifier comme appartenant à la diversité (les zonages : lieu d’étude, lieu d’habitation etc., les familles nombreuses, les femmes moins présentes dans l’encadrement supérieur), pas seulement sur le critère des faibles revenus même s’il est important.
  • Dans le tutorat mis en œuvre dans les CPI, favoriser l’entraide y compris entre CPIstes et identifier parmi les agents en postes ou les lauréats récents des concours les personnes ressources sur les compétences demandées au concours pour une aide au travail personnel.
  • Concernant les concours, travailler au niveau interministériel sur des concours mutualisés, facilement identifiables sur les compétences requises et les CPI les préparant. Simplifier les démarches pour l’instant aussi nombreuses et différentes que les CPI qui existent. Valoriser les savoir-faire au détriment d’une somme brute de connaissances, et continuer la démarche déjà répandue de formation des jurys à la non-discrimination, voire aller jusqu’au bout de la démarche via un concours dédié « égalité des chances ».
  • Sur le plan de l’accompagnement matériel et financier, point névralgique lié à la fragilité financière des candidats, aller plus loin en révisant le montant de l’allocation diversité et en facilitant l’hébergement des candidats à proximité des lieux de préparation.
  • La reconnaissance du dispositif doit absolument proposer une reconnaissance du statut de CPIste, auprès de Pôle emploi notamment, ou la case « préparation à un concours » est perdue au regard des seules catégories « en recherche d’emploi » ou « en formation ». Également que le suivi d’une CPI soit sanctionné positivement et valorisable comme une formation, en particulier en cas de non-réussite aux concours.

Enfin, pour faciliter l’accès aux CPI sur l’ensemble du territoire français, y compris au-delà de la seule métropole, envisager des antennes CPI délocalisées des écoles comme cela existe pour les instituts régionaux d’administration. Et pourquoi pas « exporter » ces antennes prioritairement à l’outremer et sur les territoires les moins bien pourvus éloignés des métropoles.

Mauvaise nouvelle : la crise sanitaire apparue en France en mars 2020 sous l’autel du premier confinement a fortement maltraité les CPIstes. Déjà vecteur d’accroissement des inégalités au sein de l’ensemble de la population, elle a remis en cause les préparations en présentiel ainsi que certaines phases de préparation qu’il est difficile de décliner autrement telle que la préparation aux oraux par exemple. Tant et si bien que à l’Insee cette même année, l’épreuve orale du concours de contrôleur a été supprimée, ne laissant les candidats être évalués que sur les résultats de l’écrit.

Cette situation inédite est pourtant l’occasion de faire un focus sur des mesures déjà pertinentes auparavant mais qui mériteraient d’être rapidement mises en œuvre comme une meilleure diffusion des CPI sur le territoire, pas seulement métropolitain. Mais aussi l’accès à des parcours à distance pour les CPI et au matériel informatique permettant de s’y connecter, voire un accès internet gratuit pour ces candidats.

Bonne nouvelle, malgré cette crise, les choses ont changé et les CPI sont devenues les prépas talents, l’allocation diversité a été doublée et il est demandé aux écoles de « certifier » leurs parcours afin que les candidats soient reconnus et puissent valoriser cet apprentissage dans leur CV. Je suis maintenant éloigné professionnellement du dispositif mais quelques indiscrétions me laissent penser qu’il y a encore de nombreuses personnes qui œuvrent avec professionnalisme et passion « pour que plus aucun Français ne se sente étranger dans son propre pays » (discours du président de la République du 17 décembre 2008 préfigurant la création des CPI).

Guillaume Techer
Responsable du Pôle Ingénierie des Logiciels
pour les Applications et les Selfeurs
Service National des Supports Informatiques
INSEE – Direction régionale des Pays de la Loire

Expression libre

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent pas l’IGPDE
Les opinions exprimées dans cet article reflètent la vue personnelle de l’auteur et n’engagent aucunement l’IGPDE ou le ministère de l’Économie et des finances.

Pour réagir et commenter cet article, rendez-vous sur notre compte Twitter


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search